Épargne: les banques se disent prêtes à assurer la sécurité des comptes

En Belgique, il y a 250 milliards d'euros placés sur des comptes épargne.

Belga

Le secteur bancaire, s'exprimant via Febelfin, est ouvert à l'idée du ministre Johan Vande Lanotte d'imposer aux banques de prendre totalement en charge la sécurité de l'épargne. L'administrateur-délégué de Febelfin Michel Vermaerke souligne cependant qu'il faut organiser cela dans un contexte européen. Il exige aussi que les primes d'assurance que devraient acquitter les banques soient "équitables" et ne conduisent pas à une distorsion de concurrence avec des acteurs non-belges. Johan Vande Lanotte plaide, samedi dans L'Echo, en faveur de la création d'une assurance mutuelle entre les banques pour sécuriser à 100% l'épargne, plutôt que de faire appel au politique ou à l'épargnant.

En Belgique, il y a 250 milliards d'euros placés sur des comptes épargne. Le ministre sp.a estime que cette garantie est réalisable et fait la comparaison avec l'assurance incendie qui protège pour près de 500 milliards d'euros en immobilier en Belgique. Il plaide pour maintenir le plus possible les risques au sein des banques.

Febelfin répond qu'elle soutient "évidemment" cette idée de banques sécurisées, avec plus de garanties, une délimitation claire des risques, pas de plus-values indécentes pour l'institution et pas non plus de rendement irréaliste pour l'épargnant. "Nous sommes d'accord sur la conclusion finale", précise M. Vermaerke.

A propos de ces garanties pour l'épargne, Michel Vermaerke fait remarquer que les banques ont déjà apporté leur écho en majorant fortement leur patrimoine "de 20 pc ces dernières années". Par ailleurs, il existe en Belgique un fonds de protection des dépôts (qui garantit l'argent de l'épargne si la banque disparaît, ndlr) et un fonds de stabilité (aidant les banques en difficulté). "Les banques contribuent ici financièrement auprès de l'Etat qui disposera ainsi d'un demi milliard l'an prochain", selon le patron de Febelfin. "Ces primes d'assurance ont atteint ces 5 dernières années plus de 2 milliards d'euros."

La proposition de rendre à l'avenir les banques responsables pour la sécurité de l'épargne trouve grâce auprès du secteur, à condition que l'on tienne compte du contexte européen. "Parmi la centaine de banques actives dans notre pays, plus de 50 le sont via un bureau auxiliaire. Si elles font faillite, ce seront les règles de garantie en vigueur dans leur pays d'origine qui s'imposeront. Or nous voulons que ces règles de protection soient les mêmes pour tous", déclare M. Vermaerke.

L'administrateur délégué met aussi en garde face à la distorsion de concurrence si la prime devait se révéler trop élevée pour les banques belges. "Nous voulons garantir une offre bancaire diversifiée, avec une attention suffisante pour l'emploi et le service dans les agences." Febelfin estime que le secteur emploie 100.000 personnes en Belgique.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be