Caterpillar: arrêt de travail jeudi

Mercredi, des tensions sont apparues dans certains ateliers entre les ouvriers qui refusent les heures supplémentaires et ceux qui quitteront l'entreprise dans les prochains mois à la suite du plan de restructuration.

BELGA
Caterpillar: arrêt de travail jeudi
©Belga

Les travailleurs de l'entreprise Caterpillar à Gosselies (Charleroi) ont interrompu le travail jeudi matin. 

"De fortes tensions sont apparues dans les ateliers mercredi après que la direction a obtenu, lors d'une rencontre avec le conciliateur national, de pouvoir imposer à l'avenir des heures supplémentaires sur le site", a affirmé jeudi Paul Fichera, délégué principal (CSC). Les syndicats ne voulaient pas de cette mesure. 

"Elle figure pourtant parmi les recommandations finalement formulées par le conciliateur national", a indiqué Paul Fichera. Les syndicats ont toutefois obtenu que ces heures supplémentaires ne soient pas récupérables comme souhaité au début par la direction, selon le syndicaliste, mais qu'elles soient payées via un sursalaire. "Reste qu'une partie des travailleurs qui ont une vie de famille, qui se contentent de leur salaire et qui veulent pouvoir profiter de leur samedi pour se détendre n'en veulent pas", a affirmé M. Fichera.

Pendant des années, plusieurs milliers d'heures supplémentaires ont été effectuées par les travailleurs de Caterpillar. "Mais à l'époque, c'était différent. Chacun avait le droit de choisir s'il voulait prester davantage ou pas. La direction ne l'imposait pas globalement", a précisé Paul Fichera. En 2009, selon le syndicaliste, près de 20.000 heures supplémentaires ont été effectuées sur le site.

Mercredi, des tensions sont apparues dans certains ateliers entre les ouvriers qui refusent les heures supplémentaires et ceux qui quitteront l'entreprise dans les prochains mois à la suite du plan de restructuration. "Amers, ceux-là souhaitent que les négociations se terminent au plus vite", a affirmé Paul Fichera.

Sur la recommandation du conciliateur national, un référendum sera organisé la semaine prochaine sur le site. "Le conciliateur n'a pas indiqué que si une majorité de travailleurs se positionnaient contre les heures supplémentaires, il fallait en abandonner l'idée mais il a précisé que cela faisait courir un danger pour la future organisation du travail", a conclu le syndicaliste.



Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be