PostNL : "Tout cela a un impact énorme sur nos collaborateurs"

La police a au total interpellé 10 collaborateurs de PostNL pour audition.

Belga
PostNL : "Tout cela a un impact énorme sur nos collaborateurs"
©Belga Image

L'entreprise postale néerlandaise PostNL a dénoncé mercredi l'attitude de la justice belge à son égard alors que trois de ses responsables ont été arrêtés dans le cadre d'une enquête. Pour la responsable de la division "colis" pour le Benelux, Liesbeth Kaashoek, les collaborateurs de PostNL sont traités comme des criminels et l'entreprise n'est informée de rien. PostNL confirme pour la première fois que le CEO de PostNL Belgique, Rudy Van Rillaer, a été arrêté et se trouve derrière les barreaux. Deux autres managers de l'entreprise, un Belge et un Néerlandais, sont également en prison. Selon Liesbeth Kaashoek, la police a au total interpellé 10 collaborateurs de PostNL pour audition.

Les trois qui se trouvent derrière les barreaux sont traités comme des criminels, selon la responsable de la division colis Benelux. "Ils ont déjà passé deux nuits en prison, dorment avec quatre autres personnes, ne reçoivent pas de vêtements propres, reçoivent à manger une fois par jour et nous ne pouvons pas entrer en contact avec eux", affirme-t-elle. "Je trouve vraiment idiot ce qu'il est en train de se passer."

"Tout cela a un impact énorme sur nos collaborateurs. Tout le monde est très choqué, aussi les membres de leur famille", dénonce encore Liesbeth Kaashoek, pour qui tout cela est "injustice et disproportionné".

PostNL affirme ne pas savoir officiellement sur quoi porte le dossier. La presse a évoqué une enquête ouverte pour trafic d'êtres humains, organisation criminelle, faux en écritures et mise à disposition illégale de travailleurs.

"Nous sommes une entreprise cotée en Bourse respectant la réglementation. Et nous avons pleinement collaboré ces derniers mois et renforcé nos contrôles pour garantir le respect de la législation sociale."

Liesbeth Kaashoek regrette encore que PostNL n'ait pas encore pu parler avec le juge d'instruction. "Il n'aura du temps pour nous avant lundi".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be