"Une centaine de milliers de personnes taxées au profit de 5 millions d’autres" : PS et Ecolo ont les plus riches dans leur viseur

Ils estiment qu’en visant les 1% les plus riches, ils pourront aider les ménages à faire face à la flambée du coût de l’énergie.

Miniature,People,Standing,On,A,Pile,Of,Coins.
©Shutterstock

En réponse à l’explosion du coût de l’énergie et des matières premières, le PS propose de taxer les plus grosses fortunes et les bénéfices excessifs réalisés par les entreprises. Sur les ondes de la Première, le président du PS Paul Magnette a affirmé jeudi matin que cinq des sept partis de la coalition Vivaldi étaient prêts à le suivre. Seuls les libéraux (MR et Open VLD) resteraient à convaincre.

La proposition du PS consiste à taxer de 1 % les capitaux supérieurs à un million d'euros afin de financer une baisse d'impôts des bas et moyens revenus. "On parle des 1 % les plus riches", a affirmé Paul Magnette. "Cela rapporterait des moyens suffisants pour diminuer les impôts des bas et moyens salaires et faire que les travailleurs aient une centaine d'euros en plus par mois. Dans le climat d'inflation folle et d'explosion des prix, ce serait une mesure de justice sociale et fiscale fondamentale", a-t-il précisé.

Le PS espère ainsi faire rentrer jusqu'à 3 milliards d'euros dans les caisses de l'État. "C'est une proposition que nous portons depuis longtemps. Une taxe qui vise uniquement le pour cent le plus riche de notre population rapporterait entre 2,5 milliards et 3 milliards et nous aiderait à faire face à la flambée de prix sans impacter beaucoup de personnes", complète le député fédéral PS Ahmed Laaouej. Selon lui, cette taxe concernerait "au maximum une centaine de milliers de personnes" et profiterait à au moins 5 millions de Belges.

Ecolo plaide également pour une taxe des plus riches qui pourrait atteindre 1,5 %. "Face à la flambée des prix, la seule réponse durable, réaliste et responsable, c'est la hausse des salaires et des allocations sociales. L'État doit continuer à assurer son rôle de protecteur et il est temps de faire contribuer les plus riches à l'effort de solidarité, entre autres en instaurant une cotisation de crise sur les patrimoines supérieurs à 1 million d'euros à hauteur de 1 à 1,5 %", estime la coprésidente d'Ecolo Rajae Maouane. "Les inégalités de patrimoine sont encore plus profondes que les inégalités de revenus. En Belgique, la moitié la plus pauvre de la population n'a que 8 % du total du patrimoine. Par contre, les 10 % les plus riches en détiennent 52 % dont 15 % provenant des 1 % les plus riches", argumente-t-elle.

Face à cette question, le MR se retranche derrière l'accord de gouvernement. "Il y a un paragraphe dans l'accord de gouvernement qui est très clair et qui dit qu'il n'y aura pas de taxe supplémentaire pour ceux qui travaillent, épargnent ou investissent. Nous nous en tenons à cela", indique la porte-parole du président du MR Georges-Louis Bouchez.

"Les partis de la majorité doivent s’en tenir à l’accord de gouvernement"

Interrogés sur la faisabilité d’une taxation des plus riches, les ministres libéraux francophones et le président du MR affichent un mutisme surprenant. Tout juste parvenons-nous à obtenir une réponse laconique de la porte-parole nous renvoyant à l’accord de gouvernement indiquant qu’il n’y aura pas de taxe supplémentaire pour ceux qui travaillent.

C'est finalement du centre Jean Gol que viendra la réplique. "Nous sommes contre toute augmentation d'impôt et nous sommes favorables au contraire à faire en sorte que les personnes qui ont le plus de difficultés puissent bénéficier de réductions d'impôts, par exemple, en relevant la quotité exemptée d'impôts pour pouvoir augmenter le pouvoir d'achat des revenus les moins élevés", explique Daniel Bacquelaine, ancien ministre des Pensions et directeur du centre. "D'autre part, il y a un accord de gouvernement sur la taxation des comptes-titres à partir d'un million qui existe. Il n'est pas nécessaire de la doubler d'une proposition supplémentaire qui viendrait alourdir, quand on sait que les revenus importants sont déjà taxés à 55 % dans notre pays. La proposition de Paul Magnette n'est pas raisonnable. Les partis de la majorité doivent s'en tenir à l'accord de gouvernement." Côté MR, on regarde la proposition de Magnette comme une tentative du PS d'aller chasser sur les terres du PTB.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be