Indexation des salaires: quasi accord pour reporter une hausse des cotisations patronales

D'après les chiffres qui circulent au sein du gouvernement, les salaires bruts devraient augmenter en 2023 de quelque 8 milliards d'euros en raison de leur adaptation au coût de la vie.

Li.B. avec Belga
Indexation des salaires: quasi accord pour reporter une hausse des cotisations patronales
©Shutterstock

Un accord semble se profiler au sein du gouvernement, actuellement en négociations budgétaires, pour ne pas faire subir aux entreprises une hausse de leurs cotisations sociales patronales à la hauteur de l'augmentation des salaires indexés sur l'inflation, indique L'Echo dans son édition de mardi. Le quotidien évoque "un quasi-consensus" entre les partenaires de la Vivaldi à ce sujet.

Selon celui-ci, cette mesure est destinée à tempérer le choc de la hausse des coûts salariaux des entreprises belges. Cette augmentation, chiffrée actuellement à 23 milliards d'euros en l'espace de deux ans, menace la compétitivité des entreprises belges face à leurs concurrentes étrangères.

La durée du report n'est pas encore fixée.

D'après les chiffres qui circulent au sein du gouvernement, les salaires bruts devraient augmenter en 2023 de quelque 8 milliards d'euros en raison de leur adaptation au coût de la vie. Sur ce surcoût dû à l'indexation, les employeurs devraient normalement encore débourser 1,9 milliard d'euros de cotisations patronales.

L'Echo précise par ailleurs qu'une autre option consisterait à exonérer purement et simplement les employeurs du paiement d'une partie de ces charges sociales supplémentaires.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be