Les transactions pénales ont rapporté plus d'un milliard à l'Etat depuis 2011

Les transactions pénales ont rapporté plus d'un milliard d'euros entre 2011 et 2021, font savoir mercredi Le Soir, Knack et De Tijd. Seules 10% d'entre elles ont cependant été rendues publiques.

L'ancien professeur de la KU Leuven, récemment condamné à 54 mois de prison a fait appel de sa condamnation.
©Copyright (c) 2016 Pakhnyushchy/Shutterstock. No use without permission.

Ces accords financiers entre le ministère public, d'une part, et une personne soupçonnée d'acte délictueux, de l'autre, ont rapporté précisément 1.085.244.420 euros entre 2011 et 2021, selon les chiffres officiels, pour un total de 1.530 transactions distinctes. En moyenne, le prix à payer pour s'acheter la paix et éteindre les poursuites judiciaires est donc de 709.310 euros.

En décortiquant plusieurs milliers de coupures de presse dans les archives belges, depuis 2011, Le Soir, Knack et De Tijd ont tenté de recenser le nombre de transactions rendues publiques. Et le bilan est maigre, on n'atteint même pas les 150 dossiers connus par le grand public. A peine 10% des cas finissent donc par fuiter dans la presse - car il n'y a (quasi) jamais de communication officielle. Ces accords sont censés rester confidentiels, ce qui est l'un des atouts "charmes" de l'outil.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be