Près de 18% des employeurs belges prévoient de licencier du personnel

La dégradation des conditions économiques se fait également sentir sur le marché du travail.

licenciement
©Shutterstock

Quatre entreprises belges sur dix prévoient encore d'engager du personnel supplémentaire au cours des prochains mois, mais les conditions économiques difficiles ralentissent le rythme des embauches. C'est ce que révèle l'enquête trimestrielle du spécialiste des ressources humaines Manpower.

L'enquête menée par ManpowerGroup auprès de 510 employeurs au cours de la seconde moitié d'octobre a montré que 41 % des entreprises prévoient d'augmenter leurs effectifs au cours des trois prochains mois. Mais 18 % prévoient également de licencier du personnel.

La balance penche donc toujours en faveur des employeurs qui prévoient d'embaucher. Pourtant, cette différence - la "prévision nette d'emploi" - est nettement plus faible - à +23 % - qu'au premier trimestre de 2022. Cela représente une baisse de 11 points de pourcentage. Par rapport au dernier trimestre de l'année dernière, on constate également une baisse, de 10 points de pourcentage.

Turbulences

Ainsi, la dégradation des conditions économiques se fait également sentir sur le marché du travail. "Cette phase de turbulences que les employeurs et les employés doivent traverser se traduit par une prudence accrue", déclare Sébastien Delfosse, administrateur délégué de ManpowerGroup BeLux. "Bien que les entreprises soient toujours à la recherche de personnel qualifié dans un contexte de pénurie de talents, elles continuent à faire tout leur possible pour garder leurs effectifs intacts afin d'être prêtes dès que la reprise s'installera."

Le rythme des embauches risque de s'essouffler surtout dans les grandes entreprises, qui comptent au moins 250 salariés. Parmi elles, la prévision nette d'emploi a été réduite de moitié en un an, pour s'établir à +22%. Les petites (+28 %) et moyennes entreprises (+30 %) sont légèrement plus optimistes.

Le spécialiste des RH s'attend à ce que le marché du travail reste sous pression pendant encore six mois environ.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be