Les soldes sont (encore) un fiasco pour de nombreux commerçants: "Beaucoup regardent à deux fois avant de dépenser"

4 commerçants sur 10 n’ont vendu que 20 à 40 % de leurs stocks

(FILES) In this file photo taken on January 10, 2019, a shop assistant arranges garments as a sales advertising (soldes in French) is seen at a shop in Brest, western France. - France's 2023 winter sales begin on January 11 and run through February 7, 2023. (Photo by Fred TANNEAU / AFP)
Les soldes ne sont pas à la hauteur pour de nombreux commerçants qui s'apprêtent à offrir de grosses réductions pour les derniers jours. ©AFP or licensors

À une semaine de la fin des soldes, l’heure est aux premiers bilans. Et, force est de constater que pour de nombreux commerçants, cette période cruciale pour écouler d’importants stocks et se refaire une trésorerie indispensable à l’achat des nouvelles collections. Un sondage du SNI démontre que 8 commerçants sur 10 craignent d’avoir un niveau de ventes plus faible à la fin du mois de janvier par rapport à l’année dernière. Pire “4 sur 10 indiquent qu’ils n’ont encore vendu que 20 à 40 % de la collection”, pointe le SNI

Et pourtant, ils nourrissaient de bons espoirs début janvier. “Un commerçant sur quatre (27 %) avait commencé la saison des soldes avec une réduction de 50 %. Aujourd’hui, ils sont 41 % à afficher ce niveau minimum de réduction. Les chiffres de vente ne sont pas roses pour autant, puisque 4 commerçants sur 10 déclarent n’avoir vendu que 20 à 40 % de leur collection et font toujours face à un stock important à écouler afin de pouvoir acheter et faire suffisamment de place pour la collection d’été.”

Le pessimisme est donc de mise. “6 commerçants sur 10 (59 %) observent en ce moment une baisse de leurs ventes par rapport à l’année dernière à la même époque. 77 % d’entre eux craignent donc que les derniers jours n’apportent pas de meilleurs résultats et qu’au final les soldes d’hiver ne soient inférieurs à ceux de l’année dernière. Les raisons ? Les soldes restent importants pour beaucoup, mais ce n’est pas le grand rush que l’on pouvait espérer à cause de l’atmosphère de crise actuelle. Beaucoup de gens y regardent à deux fois avant de dépenser, soldes ou pas. Ajoutez à cela un temps plutôt mauvais qui les pousse à rester chez eux ou à se rendre dans les centres commerciaux mais pas dans les centres-villes. Nous nous attendons dès lors aussi à ce que beaucoup de détaillants terminent les derniers jours des soldes avec des rabais très importants pour tenter de se débarrasser de leurs stocks.”

L’an dernier déjà, le bilan était plus que mitigé. Si les ventes affichaient une croissance par rapport à 2021, année marquée par le Covid, elles n’atteignaient pas encore leur niveau d’avant pandémie. Le chiffre d’affaires était en effet en recul de 15 % par rapport à 2019, même si ce sont surtout les grandes villes qui en ont pâti, principalement en raison du télétravail qui a guidé les clients vers les commerces de leur (petite) entité. Bruxelles, grâce à la reprise du tourisme et Liège, qui a vu un afflux de clients néerlandais franchir la frontière, furent les deux seules grosses agglomérations à tirer leur épingle du jeu.

Cette année encore, les achats en ligne, eux aussi facilités par le télétravail, semblent avoir grignoté des parts de marché aux commerçants ayant pignon sur rue…

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be