L'Agence fédérale de la Dette estime les besoins nets de financement de l'Etat fédéral à 39,89 milliards d'euros cette année en raison de la crise du coronavirus, soit une augmentation de 8,48 milliards d'euros par rapport à la mise à jour d'avril dernier, indique-t-elle mardi. 

L'agence émet des obligations d'État et d'autres produits via lesquels la Belgique emprunte de l'argent. Après une révision en avril, elle a à nouveau examiné les besoins de financement et le plan de financement pour 2020. L'État voit ses revenus diminuer et il dépense également de l'argent pour financer les mesures de lutte contre la crise sanitaire et économique.

Les besoins nets de financement ont augmenté de 8,48 milliards d'euros par rapport à avril et se chiffrent désormais à 39,89 milliards d'euros. "Le besoin de financement net est le déficit budgétaire, mais en termes de trésorerie", explique Jean Deboutte de l'Agence fédérale de la Dette. Celle-ci doit percevoir ce montant au travers d'obligations et d'autres produits.

En conséquence, les besoins bruts de financement en 2020 passeraient à 60,35 milliards d'euros. La différence entre le brut et le net réside dans le remboursement des prêts déjà en cours. "Ce que nous devons rembourser, nous l'empruntons également."

L'Agence de la Dette prévoit maintenant d'émettre 49 milliards d'euros en instruments de financement à moyen et long terme, dont 46,5 milliards d'émissions d'OLO. Au total, le financement à long terme s'élève à 31,19 milliards d'euros à ce jour, ce qui signifie que 17,81 milliards d'euros doivent encore être financés pour le reste de l'année, précise l'agence.

Celle-ci considère par ailleurs que l'encours des certificats de Trésorerie devrait augmenter de 10 milliards d'euros au cours de l'année.