Economie Selon les économistes, on n’en a pas fini avec les restructurations.

Belfius, ING, BNP, Crelan et maintenant KBC, les banques ne coulent pas des jours tranquilles depuis une dizaine d’années. Des milliers de postes sont passés ou vont passer à la trappe et aucun groupe n’y échappe. Mais qu’est-ce qui explique réellement ces grandes annonces ?

(...)