Economie

Koen Van Gerven quittera en février ses fonctions à la tête de Bpost, rapportent lundi De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et het Belang van Limburg.

Ces deux dernières années, l'actuel CEO a fait l'objet de critiques à la suite de la reprise de l'entreprise américaine Radial, spécialisée dans la logistique de l'e-commerce. En plus d'être chère, la société s'est révélée déficitaire. Auparavant, l'acquisition de PostNL avait échoué. Ses relations avec les syndicats et le personnel n'étaient pas non plus au beau fixe. Une grève a d'ailleurs été organisée en novembre.

Koen Van Gerven (60 ans) a rejoint bpost en 2006 comme Directeur Retail & Financial Services, et a réalisé l’importante transformation du réseau des bureaux de poste. Il a été également président du Conseil d’Administration de bpost banque. En 2009 il est devenu aussi CIO de l’entreprise. Il a collaboré à l’introduction en bourse de bpost en juin 2013. En février 2014 il a été nommé CEO de Bpost. Il a succédé à Johnny Thijs, après la démission de ce dernier, mécontent que son salaire baisse. C'est une raison qui fait aussi qu'il ne sera pas aisé de trouver un successeur à Koen Van Gerven, estiment les quotidiens. Les CEO d'entreprises comparables gagnent en effet près du double. Le nouveau dirigeant de Bpost devra être néerlandophone, le président du conseil d'administration étant francophone.

Koen Van Gerven s'est déjà exprimé dans un communiqué de presse de l'entreprise: "Avec toute l’équipe nous avons travaillé d’arrache-pied, relevé avec succès de multiples défis et tracé la route à suivre pour l’avenir. La vision et la stratégie sont claires. Les défis et les plans sont précis et leur mise en œuvre a été entamée. Les récents résultats démontrent que l’entreprise peut s’appuyer sur une forte ambition et sur des collaborateurs compétents pour répondre aux défis que nous pose l’environnement numérique. Nous voyons les premiers résultats, mais la route est encore longue et il faudra que le prochain CEO puisse exercer un mandat de six ans. Ainsi la continuité sera assurée pendant tout le trajet à accomplir".

François Cornelis, le président du Conseil d’Administration de bpost, lui a rendu hommage au CEO pour ses réalisations chez bpost: "Durant 6 ans, Koen a dirigé l’entreprise avec courage et application, à travers une importante transformation de ses activités. Il a maintenu le rôle sociétal de l’entreprise en Belgique, a pu réagir aux profondes évolutions du marché et a lancé les nouveaux produits et services qui devront assurer une croissance durable de l’entreprise. Au nom du conseil d’administration, je le remercie pour le travail accompli et je lui souhaite une belle réussite dans ses futurs projets".

Koen Van Gerven continuera à diriger l’entreprise jusqu’à la fin de son mandat en février 2020.

Un patron peu apprécié des syndicats

A l'annonce du futur départ du patron de bpost, certains représentants syndicaux se disent surpris et se posent des questions. "Nous rencontrerons Koen Van Gerven vendredi et nous espérons en savoir plus sur les raisons de son départ", indique Stéphane Daussaint, à la tête de la CSC Transcom Poste, qui se demande "comment va s'organiser la désignation de son successeur (par le conseil d'administration de bpost, NdlR).

De Koen Van Gerven, Stéphane Daussaint ne gardera pas que de bon souvenirs. "C'est une personne difficile à cerner, qui met une distance énorme avec le personnel de bpost, qui a une gestion très financière de l'entreprise. Avec lui, le dialogue social est assez compliqué. On espère donc un successeur avec qui le dialogue sera plus facile."

Pour le SLFP, "il est important que d'ici au départ de Koen Van Gerven, l’entreprise continue à travailler à son avenir et que le futur CEO soit assez fort pour prendre cette grande responsabilité sur ses épaules". Marc De Mulder, le patron du syndicat libéral Poste, évoque un homme "calculateur, qui n'a pas le charisme de Johnny Thijs (le prédécesseur de Koen Van Gerven, NdlR) et qui n'est pas très bon en communication". Il espère lui aussi un maintien du dialogue social avec la direction ces six prochains mois "car les enjeux pour le personnel sont trop importants".

"Koen Van Gerven n'a pas réussi à rétablir la confiance dans les milieux boursiers et c'était pourtant nécessaire", avance pour sa part Jean-Pierre Nyns, secrétaire général de l'ACOD Post (CGSP Poste). Il estime que la personne qui prendra la tête de bpost devra avoir une vision à long terme et bien cerner la "complexité du marché postal", en particulier le secteur des colis.

© IPM Graphics