La restructuration de Caterpillar touche de plein fouet les entreprises de sous-traitance

GOSSELIES Le séisme provoqué par l’annonce de 1.400 pertes d’emplois au sein du personnel de Caterpillar n’a pas fini de faire des dégâts. En effet, plusieurs sous-traitants risquent désormais de faire les frais de cette restructuration. “ Il faut bien penser qu’un moteur économique comme Caterpillar crée de l’emploi grâce aux activités de sous-traitance” , explique Carlo Briscolini, président FGTB Charleroi. “ Plusieurs niveaux de compétences vont être touchés par cette restructuration. Je pense notamment aux entreprises de maintenance, de gardiennage, de nettoyage et même de travail adapté. Il faut s’attendre que des assemblées générales soient organisées dans plusieurs entreprises wallonnes.”

C’est, par exemple, le cas de l’entreprise Carwall de Sombreffe. Ce principal sous-traitant de Caterpillar, qui fabrique des cabines pour des engins de génie civil, sera vraisemblablement lui aussi une victime collatérale des pertes d’emplois chez Caterpillar. “Un conseil d’entreprise extraordinaire est prévu lundi prochain, à 9 heures, au siège de l’entreprise Carwall où travaillent 340 personnes (50 employés et 290 ouvriers”, explique Gérard Luwel, permanent FGTB du secteur métal. “Depuis le début de l’année, les travailleurs sont en chômage de longue durée en raison de la demande qui diminue. Trente travailleurs sous contrat à durée déterminée étaient déjà partis l’année passée. Trente de plus étaient prévus cette année. Les licenciements chez Caterpillar vont avoir un impact dans toute la Wallonie. C’est une vague presque aussi grave que chez ArcelorMittal. Non seulement Carwall mais aussi d’autres entreprises sous-traitantes vont être mises à mal.”

Même si les estimations varient en fonction des syndicats, on peut tout de même estimer à 1.000 les entreprises de sous-traitance touchées par la fermeture de Caterpillar. Ce qui équivaut à près de 10.000 emplois plus ou moins menacés en Wallonie.



© La Dernière Heure 2013