Cela fait maintenant plusieurs semaines que dure la grogne policière. Les syndicats des forces de l'ordre poursuivent leurs actions de blocages dans le pays dans l'espoir que le gouvernement fédéral leur accorde notamment une hausse de salaires. Du côté de la Région wallonne, on craint de devoir hériter de cette charge financière, ce qui serait financièrement difficilement tenable et viendrait s'ajouter à une série d'autres.

"Nous venons de décider au niveau du gouvernement wallon un plan global d'aide aux communes que nous avons appelé Oxygène", détaille Christophe Collignon (PS). "Nous avons pris cette décision parce que certaines communes sont en difficulté pour équilibrer leur budget: leurs dépenses sont exponentielles alors que leurs recettes restent fixes. Malheureusement, beaucoup de ces dépenses sont dues à des décisions qui sont prises à d'autres niveaux de pouvoir."

Le ministre des Pouvoirs locaux prend pour exemple les décisions du fédéral, notamment la réforme des zones de secours qui exige des communes d'augmenter leur dotation. "Lorsqu'il y a une décision de prise, il faudrait qu'elle puisse garantir la neutralité budgétaire vis-à-vis des communes en Région wallonne. Je ne porte pas de jugement sur le bien fondé de l'une ou l'autre revalorisation salariale, notamment celle des policiers, mais j'attire l'attention sur le fait que la Région wallonne et les communes ne peuvent pas à chaque fois essuyer les plâtres. Si on veut que demain les communes puissent continuer à rendre les services qu'elles rendent à la collectivité, il importe que leur capacité d'investissement soit préservé."

De manière globale, le ministre observe que les communes ont subi tout une série de décisions qui ont mis à mal leur équilibre financier sans qu'in fine elles aient eu leurs revenus qui augmentent. En d'autres termes, il souhaite que le fédéral amène des moyens la prochaine fois qu'il amènera une réforme.