Les bourses européennes ont de nouveau subi de lourdes pertes lundi, en raison des inquiétudes des investisseurs quant aux conséquences économiques de la crise de coronavirus.

Les séances, noires, se suivent et se ressemblent à la Bourse de Bruxelles, dont l'indice Bel 20 a encore perdu 7,22% lundi à la clôture, après une semaine infernale qui l'avait vu jeudi essuyer sa plus lourde perte (-14,21%) en une seule séance. Ce sont l'épidémie de Covid-19 et ses répercussions économiques qui ont à nouveau pousser les investisseurs à vendre en masse.

Au sein de l'indice vedette de la Bourse de Bruxelles, seul Colruyt a échappé à la dégringolade, avec un gain de 0,5%, l'action du distributeur profitant sans doute de la ruée des consommateurs belges dans les magasins du pays.

La Bourse de Paris a connu une nouvelle séance de débâcle lundi (-5,75%), rien ne semblant pouvoir stopper la défiance des marchés, désormais convaincus qu'une récession est inévitable. L'indice CAC 40 a perdu 236,90 points à 3.881,46 points, dans un volume d'échanges qui est resté très nourri, à 7,5 milliards d'euros. Vendredi, il avait terminé sur un rebond technique de 1,83%, ce qui ne l'a pas empêché de chuter de 20% la semaine dernière.

La Bourse de Francfort a poursuivi sa chute vertigineuse , le Dax cédant 5,31% à la clôture après avoir glissé jusqu'à 10% en séance. L'indice vedette a fini à 8.742,25 points, en recul de 489,9 points, tandis que le MDax des valeurs moyennes a lâché 5,07% à 19.230,20 points. Le Dax a perdu plus d'un tiers (34%) depuis début janvier.