Les abonnés sociaux ne pourraient plus appeler via les opérateurs alternatifs. Le ministre suspend provisoirement la mesure

BRUXELLES Le projet de Belgacom d'interdire aux bénéficiaires des tarifs sociaux de téléphoner via les opérateurs alternatifs fait décidément des vagues. Hier matin, Test-Achats est ainsi monté au créneau pour dénoncer cette mesure.

`Les bénéficiaires de cet abonnement seraient pénalisés financièrement parce que Belgacom leur refuse l'option de choisir de téléphoner au meilleur prix´, dénonce l'association de consommateurs. `Il s'agit là d'une mesure contradictoire et discriminatoire, qui va à l'encontre de la logique de concurrence et des principes de libéralisation. Un certain nombre d'offres à meilleur prix sont disponibles sur le marché. La dernière enquête de comparaison entre dix opérateurs montre que Belgacom reste très cher pour la téléphonie fixe. Sur base de différents facteurs, tous les opérateurs alternatifs sont moins chers!´

De son côté, Belgacom rétorque que l'abonnement social lui coûte 1,8 milliard de FB (45 millions d') par an et qu'il n'est pas question que ceux qui en bénéficient aillent voir ailleurs. Finalement, le ministre des Télécommunications Rik Daems a décidé hier de suspendre provisoirement cette mesure de restriction, le temps pour l'IBPT (l'organe régulateur des télécoms) de réaliser une étude sur la problématique des coûts du service universel.