Si l'on en croit une enquête du SPF mobilité en août 2021, 62% des Belges se disent intéressés par ce type de transport pour voyager. Or, l'offre en Belgique se limite pour le moment à Bruxelles-Vienne opéré par la société Nightjet des chemins de fer autrichiens. Pourtant, d'autres projets existent pour relier différentes villes européennes à Bruxelles, destination attractive en raison de son statut de capitale de l'UE, a-t-on expliqué au cabinet de M. Gilkinet.

Jusqu'à présent, les règles européennes en matière d'aides d'Etat compliquent le soutien au train de nuit alors que le transport aérien bénéficie par exemple d'une exemption de taxe sur le kérosène. Lors du dernier conseil européen, le ministre belge a plaidé pour un assouplissement de ces règles pour le train international et de nuit, une manière, à ses yeux, de concrétiser les objectifs du Green Deal.

En attendant, les deux millions d'euros dégagés dans le cadre du conclave budgétaire visent à encourager de nouveaux prestataires à se lancer.