Interviewé par La Libre, Didier Reynders affirme que la Belgique n'a jamais pris la moindre mesure fiscale pour attirer les riches Français sur le territoire belge et que la France ne doit s'en prendre qu'à elle-même

DOHA Interrogé dimanche à Doha (Qatar) sur la réaction virulente de l'acteur Gérard Depardieu, le Vice-Premier ministre belge rappelle que la non-taxation des plus values existe en Belgique depuis l'indépendance en 1830. « J'ai été douze ans ministre des Finances », a-t-il dit. « Nous n'avons jamais pris une mesure pour attirer les riches français. N'y a-t-il pas des mesures qui sont faites en France pour les faire partir? »

Il y a quelques jours, le président français François Hollande a réitéré le souhait de Paris de revoir les conventions fiscales avec la Belgique. Selon Reynders, la demande de l'Elysée n'a pas été discutée au sein du gouvernement belge, et lui-même est opposé à une remise à plat.

« Si on renégocie les conventions avec la France, il faudra revoir d'autres choses, par exemple les frontaliers », réagit-il. D'autres dossiers ont empoisonné les relations « fiscales » avec la France, dont la taxe sur les bières spéciales et celle que vient de prendre le gouvernement Ayrault sur les secondes résidences. Près de 100000 Belges possèdent une résidence en France.

Selon Reynders, la Belgique est aussi victime de distorsions fiscales au niveau européen. Il a cité l'exemple des grands sportifs belges qui vont s'entraîner à Monaco « alors que nous avons un circuit à Francorchamps qui n'est ouvert que trois jours par an ».

« Je ne me permets dès lors pas de critiquer les mesures que les gouvernements français prennent successivement, y compris l'actuel », ajoute-t-il.

Le ministre libéral juge cependant regrettable que le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault ait jugé « assez minable » le départ de Gérard Depardieu. « L'injure n'a jamais été utile en politique », dit le nouveau résident d'Uccle, où 10% de la population est française.

"Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté ! Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis", a écrit dimanche l'acteur au chef du gouvernement français, dans une lettre publiée par le Journal de Dimanche (JDD).

© La Dernière Heure 2012