Le tribunal de l'Union européenne, rattaché à la Cour de justice de l'UE, a estimé, dans un jugement rendu ce mercredi, que plusieurs compagnies aériennes s'étaient rendues coupables d'avoir organisé une entente sur les prix sur le marché du fret entre 1999 et 2006. Les entreprises concernées avaient saisi la justice européenne après une décision de la Commission européenne mais n'ont pas obtenu gain de cause. En 2010, la Commission européenne avait infligé des amendes aux compagnies aériennes visées pour un montant total de 790 millions d'euros. Elle jugeait que plusieurs compagnies, dont KLM, Air France, Lufthansa, SAS et British Airways sont les plus connues, avaient conclu des accords notamment pour imposer des surtaxes de carburant et sur la sécurité, et avaient refusé de payer des commissions aux transporteurs qui organisaient les vols cargo.

Dans une procédure d'appel, la justice européenne avait annulé en 2015 la mesure de la Commission sur base d'erreurs de procédures mais deux ans plus tard, l'exécutif européen a reformulé sa décision. C'est cette dernière que les compagnies ont attaqué auprès de la justice européenne, espérant une nouvelle annulation ou une réduction du montant des amendes. La justice européenne a cependant donné raison à la Commission.

Pour certaines compagnies, les amendes infligées par la Commission ont été maintenues tandis que pour d'autres, le montant a été augmenté ou réduit. Ainsi, British Airways écope désormais de 84 millions d'euros d'amende (contre 104 millions initialement). L'amende d'Air France et de KLM grimpe, elle, à plus de 300 millions. Lufthansa est, elle, récompensée de sa collaboration à l'enquête et est exemptée d'amende.

Toutes compagnies confondues, le montant total des amendes infligées avoisine les 730 millions d'euros. Un appel reste possible, auprès de la Cour de justice elle-même.