2013 est une année importante pour les collèges communaux qui ont confectionné le premier budget de leur nouvelle mandature. Belfius Banques et assurances publie, à cette occasion, sa nouvelle étude sur les finances communales : "Les résultats de notre analyse confirment les difficultés rencontrées par de nombreuses communes pour boucler leur budget 2013."

Belfius précise encore que bien que chaque commune du pays soit confrontée à sa propre réalité, les principales tendances d’évolution qui se dégagent globalement selon les budgets 2013 sont :

Une mise sous pression des dépenses (personnel et transferts) sous l’influence des premiers effets de la réforme des pensions du personnel statutaire (hausse des taux de cotisation).

Une volonté de maîtriser strictement les autres catégories de dépenses (au niveau du fonctionnement en particulier).

Un recours accru à la fiscalité spécifiquement locale plutôt qu’à la fiscalité additionnelle (IPP, précompte immobilier) dont les taux d’imposition sont restés très stables.

Un recul très sensible des projets d’investissements (-20 %), phénomène traditionnellement observé lors du premier exercice budgétaire de la nouvelle mandature communale (sauf pour les communes bruxelloises confrontées à d’importantes pressions démographiques).

Une détérioration des soldes budgétaires (tant à l’exercice propre qu’à l’exercice global) pour les communes wallonnes et bruxelloises. Concernant les communes flamandes, elles concentrent toujours la plus grande partie du déficit à l’exercice propre, mais la situation s’est légèrement améliorée par rapport à la forte détérioration enregistrée en 2012.

Un niveau d’endettement qui reste stable et représente 4,1 % de l’ensemble de la dette publique belge.

"Au cours de cette nouvelle mandature, les communes seront sans nul doute confrontées à des tensions budgétaires contradictoires; à savoir un ralentissement des recettes parallèlement à une accélération des dépenses. Les difficultés déjà rencontrées pour boucler leur budget 2013 augurent de l’ampleur des difficultés que devront surmonter les communes pour maintenir un service public de qualité au niveau local tout en préservant les équilibres budgétaires. Dans ce contexte incertain, la qualité de la gestion communale et la vision stratégique et financière à long terme seront d’autant plus cruciales à l’avenir", conclut-on chez Belfius.