Le déficit budgétaire prévu pour l'an prochain par le nouveau gouvernement flamand s'élèvera à 436 millions d'euros, a annoncé lundi le ministre flamand des Finances et du Budget, Matthias Diependaele (N-VA), à la veille d'un débat au parlement flamand.

M. Diependaele (N-VA) a également fait état d'un retour prévu à l'équilibre budgétaire dans les années suivantes, avec un léger excédent en 2024, de près de 75 millions d'euros.

Le gouvernement dirigé par le nouveau ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) a prévu de réaliser pour environ 2,2 milliards d'euros d'économies au cours des prochaines années, tout en prévoyant de nouveaux investissements à hauteur de 1,65 milliard d'euros. Dont 350 millions en faveur d'un "jobbonus" pour les revenus les plus bas provenant du travail, 270 millions en faveur des personnes handicapées, 250 millions destinés à l'enseignement et la même somme à des programmes de recherche et développement (R&D).

La différence entre ces deux montants, de l'ordre de 660 millions, reste à financer d'ici 2024, en recourant à des moyens budgétaires propres, selon l'équipe Jambon 1er.

Elle songe ainsi par exemple à la non-indexation des crédits de fonctionnement de l'administration flamande, qui permettra d'économiser un modeste montant de 44 millions en 2020, mais qui s'élèvera à près de 256 millions en 2024. Une réduction "générique" de subsides produira une économie de 179 millions et les frais de personnel devraient se réduire de quelque 75 millions à la même échéance.

L'une des mesures-phare du gouvernement Jambon sur laquelle se sont accordés les trois partis de la coalition concerne une réforme fiscale. Il s'agit de la suppression, prévue dès 2020, du "woonbonus", un avantage fiscal accordé à une personne qui emprunte pour acheter une maison, un cadeau de 625 millions au total - dont près de 328 en 2014 - fait aux contribuables flamands. Il sera toutefois remplacé par une baisse des droits d'enregistrement, de 7% à 6%, et éventuellement descendre jusqu'à 5% avec des projets de rénovation durable, qui engendrera un manque à gagner de 140 millions aux finances du nord du pays.

Diverses autres mesures d'économies toucheront la plupart des secteurs, comme l'enseignement secondaire (cent millions d'euros) et la non indexation des allocations familiales (107 millions prévus en 2024).

Le parlement flamand doit entamer mardi le débat sur les plans budgétaires de la nouvelle équipe, qui n'avaient pas été rendus publics la semaine dernière, entraînant le départ de l'opposition de l'hémicycle, précisément pour protester contre l'absence de données budgétaires concernant l'accord de majorité entre la N-VA, l'Open Vld et le CD&V.