Ainsi, le 28 mai dernier, la Wallonie a réalisé la plus grande opération financière de son histoire avec 2 milliards empruntés à des taux avantageux et à ce jour, "ce sont plus de 4 milliards qui ont été levés sur l'année 2020, pour permettre, notamment, de répondre aux besoins urgents liés à la crise du coronavirus", a poursuivi le ministre.

"Pour maintenir ce rating, Moody's s'est appuyé sur un cadre réglementaire et législatif robuste; l'autonomie fiscale de la Wallonie; une gestion très active de la dette; un accès aux marchés ainsi qu'un budget base zéro qui devrait augmenter la qualité des dépenses de la Région", a-t-il ajouté.

Néanmoins, la Wallonie doit "tout mettre en oeuvre pour réguler le déficit, qui est important et récurrent, et contenir sa dette, en augmentation rapide", a averti le ministre.

La prochaine évaluation de Moody's, sur base du budget 2021, est prévue en décembre prochain. "Pour s'y préparer, un travail important devra être fait sur une analyse exhaustive des dépenses publiques liées au covid-19, un calendrier de maîtrise de la dette et un accès suffisant aux liquidités", a conclu Jean-Luc Crucke.

Début juin, Moody's avait révisé à la baisse les perspectives financières de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de neutres à négatives, en raison de l'alourdissement attendu de l'endettement de l'entité.