L'horeca subit une perte de chiffre d'affaires de 47 millions d'euros par jour en raison de la crise liée au coronavirus, rapporte lundi matin De Standaard, se basant sur un chiffre calculé par le département de recherche de Comeos.

La Fédération du commerce demande des mesures de soutien supplémentaires, sans quoi "nous nous dirigeons vers un cimetière social", souligne-t-elle. "La perte de chiffre d'affaires est énorme", déclare le directeur général de Comeos, Dominique Michel. "S'ils sont autorisés à rouvrir le 8 juin, les établissements accuseront une perte totale de 4 milliards d'euros."

Le Conseil national de sécurité a fixé une réouverture à partir du 8 juin, mais aucune décision n'a encore été prise. Même si cela se produit, les dommages encourus sont toujours énormes, affirment les fédérations. "La crise ne fait que commencer", explique M. Michel.

Le gouvernement a déjà pris une série de mesures, telles que le chômage temporaire. "Mais pour un restaurant normal, vous devez continuer à payer 15 à 20% des coûts salariaux, même si les employés ne travaillent pas", explique M. Michel, évoquant des coûts tels que les primes de fin d'année, les assurances de groupe et les indemnités de vacances.

Comeos demande donc des mesures de soutien supplémentaires, telles qu'une réduction de la TVA à 6%, l'exonération des cotisations ONSS et l'extension du chômage temporaire.

Comeos représente les grandes chaînes de restauration mais les chiffres concernent bien l'ensemble du secteur horeca en Belgique.