Economie

Le marché immobilier belge serait surévalué de 49%, soit l'un des taux les plus élevés au monde, selon des donnée de l'OCDE, dont fait état Le Soir dans son édition de jeudi. Les données de l'OCDE mesurent la rapport entre le prix des logements et les revenus, mais aussi le rapport entre ces prix et les loyers. Dans les deux cas, la Belgique se situe nettement au-dessus de la moyenne, à respectivement 49% et 63%.

Ces données viennent confirmer de précédentes analyses émises par la Banque centrale européenne, l'agence de notation Standard & Poor's et l'hebdomadaire The Economist, qui ont tous conclu à l'existence d'une bulle immobilière en Belgique, sans toutefois s'accorder sur la taille de celle-ci.

Les experts interrogés par Le Soir misent quant à eux sur une stabilisation des prix, plutôt que sur une décote brutale. A moins qu'un élément déclencheur ne provoque une baisse, comme ce fut le cas aux Pays-Bas, où la fin du régime de déduction des intérêts a précipité la chute des prix.