La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) demande au gouvernement fédéral de prolonger, jusqu'à la fin de l'année, l'actuel système de chômage temporaire pour cause de force majeure pour motif "coronavirus". 

"Grâce à cette mesure, les entreprises ont bénéficié d'un ballon d'oxygène ces dernières semaines et plusieurs centaines de milliers de travailleurs ont été protégés contre le licenciement et donc contre une baisse importante de leurs revenus et de leur pouvoir d'achat", salue l'organisation patronale dans un communiqué.

"Mais les conséquences de la crise sanitaire vont se poursuivre encore longtemps", estime la FEB, ce qui justifie dès lors à ses yeux une prolongation jusqu'à la fin de l'année, "afin d'éviter des problèmes de liquidités supplémentaires pour les entreprises et de maintenir l'emploi autant que possible."

Si la crise due au coronavirus "a fait des ravages" sur le marché du travail en Belgique, le système de chômage temporaire a permis de limiter la casse sociale en évitant "une situation bien pire encore" et "un risque d'avalanche de licenciements", selon la FEB.

"Il est essentiel de prolonger l'actuel régime de chômage temporaire pour cause de force majeure (motif 'coronavirus'), tel qu'il peut actuellement être utilisé par tous les secteurs et toutes les entreprises, non pas jusqu'à la fin de cet été mais jusqu'à la fin de cette année", insiste l'organisation patronale.