FNG, la maison-mère des magasins de chaussures Brantano, groupe côté en Bourse qui exploite également d'autres enseignes comme les boutiques de vêtements Fred&Ginger, annonce ce lundi matin qu'elle a introduit une demande de réorganisation judiciaire auprès du tribunal de l'entreprise de Malines, afin de "réorganiser ses activités belges" et qu'elle prévoit un plan de restructuration.

Le groupe, en grande difficulté financière et lourdement endetté, indique son intention de fermer au maximum 30 magasins Brantano, Boutik by Brantano et Concept Fashion en Belgique, 17 magasins Fred & Ginger et Ginger et de supprimer 287 emplois, soit environ un quart de ses effectifs en Belgique. Les postes menacés se trouvent dans les magasins mais aussi au siège social de l'entreprise à Malines. Le centre de distribution qui se trouve à Erembodegem ne devrait pas être concerné.

"Une restructuration est nécessaire afin de pouvoir poursuivre les opérations de manière durable avec une entreprise plus forte. Ces fermetures devraient permettre d'accroître la rentabilité des activités belges et de sauvegarder le plus grand nombre d'emplois possible", écrit FNG dans un communiqué.

"Nous comprenons très bien que cette annonce est difficile pour nos employés. Ces mesures sont difficiles et douloureuses mais nécessaires pour trouver de nouvelles ressources financières pour le groupe et pour relever les défis actuels et futurs. En nous concentrant sur les points forts de l'entreprise et en nous efforçant de mettre en place une organisation plus efficace, nous voulons offrir à nos employés un avenir réaliste pour l'entreprise et rester un acteur clé dans le secteur de la mode", déclare le CEO Yves Pollé.

L'annonce a été faite lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire. Une procédure Renault de licenciement collectif est ouverte, en parallèle avec cette demande de protection du groupe face à ses créanciers.

La permanente syndicale CNE Myriam Djegham, souligne "la gestion calamiteuse du groupe, avec des magasins qui n'étaient pas approvisionnés correctement ces derniers temps. FNG est endetté à hauteur de 540 millions d'euros mais avait fait l'acquisition en août dernier de Ellos, une plate-forme suédoise d'e-commerce, pour un prix très élevé. Ils ont pris beaucoup trop de risques, alors que les travailleurs, eux, n'ont pas démérité."

La syndicaliste précise encore que les loyers de certains magasins n'étaient plus payés depuis des semaines ou des mois.

De plus, FNG fait face à une enquête de la FSMA, le gendarme boursier belge, au sujet de quatre transactions financières douteuses qui ont eu lieu en 2018.