"La priorité tant du management que des syndicats a été d'examiner toutes les options pour éviter les licenciements secs autant que possible. Grâce à plusieurs alternatives, le nombre de licenciements secs a été limité à 60", explique-t-on.

Il avait déjà été annoncé que grâce à du travail partiel et à des contrats saisonniers pour le personnel de cabine et de cockpit, il n'y aurait pas de licenciements secs dans ces départements. Par ailleurs, 280 travailleurs de la compagnie ont opté pour un départ volontaire. Quarante personnes sont parties à la retraite anticipée, 110 ont pris leur pension et 26 ont quitté l'entreprise sous régime de chômage avec complément d'entreprise. 99 personnes ont choisi de travailler à temps partiel.

Le management et les syndicats ont conclu un accord social le 26 juin dernier. Cet accord s'inscrit dans le plan de transformation de Brussels Airlines qui doit lui permettre de devenir une entreprise structurellement rentable.

Bert Van Rompaey, chef de la division RH, a souligné jeudi qu'il est extrêmement reconnaissant "pour l'incroyable solidarité et la force dont nos collaborateurs ont fait preuve pendant cette période difficile. Grâce au dévouement et à l'engagement exemplaire de chacun, nous pouvons réduire le nombre de licenciements à un minimum."