"Mon intention n'a jamais été de stigmatiser ce secteur pour lequel j'ai énormément de respect ni de blesser qui que ce soit", indique-t-il lundi dans un communiqué. Interrogé par l'hebdomadaire Trends-Tendances sur l'impact de la crise du Covid-19, le CEO du bancassureur affirmait notamment: "Bien sûr qu'il y aura des faillites". "Mais n'avions-nous pas trop de cafés et de restaurants en Belgique? Etaient-ils tous rentables? Etaient-ils tous viables, sans avoir recours au noir? J'ai bien conscience de parler très crûment mais les économies ont de temps à autre besoin d'une vague d'assainissement", ajoutait-il.

Le vice-Premier ministre PS, Pierre-Yves Dermagne, a notamment regretté ces propos. "Un patron ne devrait pas dire cela, a fortiori un patron de grande banque publique. Derrière les chiffres et les pourcentages, il y a des emplois, des familles et des vies qui méritent le respect et du soutien, d'autant plus en cette période très difficile pour l'horeca", a-t-il déclaré.

Le PTB a également réclamé lundi l'audition du CEO en commission des Finances de la Chambre.

Dans son communiqué, Marc Raisière précise que Belfius continuera à soutenir l'économie belge "avec tous les moyens dont elle dispose, y compris le secteur de l'horeca", "d'autant plus face aux difficultés qu'il rencontre actuellement". "Nous avons entre-temps contacté plusieurs fédérations issues du secteur de l'horeca et des concertations ont été lancées afin de déterminer la façon dont nous pouvons fournir un soutien supplémentaire à leurs membres", ajoute-t-il.