Septante pour cent de cette somme représentent des rentrées qui échappent aux autorités car ces personnes ne travaillent pas, les 30 pour cent restants étant liés aux allocations qui sont versées à ces personnes en invalidité.

Si le nombre de demandeurs d'emploi est en baisse, celui des personnes en invalidité (incapacité de travail pendant plus d'un an) est passé de 278.071 en 2010 à 471.040 en 2020. Une hausse due notamment à la croissance et au vieillissement de la population.

"C'est une lourde épée de Damoclès qui pend au-dessus de notre économie", estime Paul Verschueren, de Federgon. "Nous devons inverser cette tendance et accompagner les gens mieux et plus rapidement dans leur retour sur le marché du travail."