Le gouvernement bruxellois s'est accordé jeudi matin sur un projet de budget en léger boni de 6 millions d'euros qui sera consacré à réduire la dette de la Région-capitale, a annoncé le ministre bruxellois des Finances, à l'issue de la réunion de jeudi matin. Le retour à l'équilibre budgétaire était initialement prévu pour 2016. En 2012, les ministres bruxellois avaient décidé d'arriver à l'équilibre en 2015.

Au final, un effort supplémentaire de 138 millions d'euros a été fourni lors de la confection du budget 2014 afin d'arriver à l'équilibre dès l'année prochaine.

De l'aveu même de Guy Vanhengel, "le petit boni" du budget régional "permet à l'entité 2 (les entités fédérées) d'arriver à l'équilibre". Entre les lignes, cela signifie que la Fédération Wallonie-Bruxelles ne recevra pas de manière directe le coup de pouce de la Région bruxelloise souhaité par André Antoine, ce qui aurait mis ses ministres flamands politiquement en difficulté, mais que ce montant pourra être inscrit en déficit, de manière indolore, à la Fédération, pour respecter globalement la norme budgétaire fixée par l'Europe.

Selon le ministre bruxellois des Finances, les recettes totales augmentent de 174 millions d'euros grâce au juste financement des institutions bruxelloises et à une amélioration du contexte économique, dans les impôts régionaux (+63,6 millions par rapport à l'estimation initiale 2013, soit +5,4%).

Hormis les hausses normales liées à l'inflation, ce sont principalement les estimations des droits de succession et les droits de donations qui augmentent en partie en raison des récentes mesures fiscales anti-abus. Idem pour la compensation de la mainmorte sur les bâtiments publics dont le mode de calcul a été amélioré.

Au-delà des moyens liés au refinancement de Bruxelles (+ 30 millions pour la dotation mobilité, 32 millions d'euros pour la correction "navetteurs", 117 millions de compensation pour les fonctionnaires internationaux), les recettes IPP stagnent.

Par ailleurs, Bruxelles fournira un effort supplémentaire d'assainissement des finances de l'Etat à hauteur de 17,7 millions d'euros.