Après avoir évité la faillite la semaine dernière, le groupe flamand espère renouer avec les bénéfices en 2002

BRUXELLES Le chiffre d'affaires de l'entreprise de technologie vocale Lernout & Hauspie (L & H) devrait dépasser les 380 millions de dollars (14,7 milliards de francs) pour l'année 2000.

L&H devrait également générer `une perte significative´, ont annoncé lundi Roel Pieper, président du conseil d'administration, et John Duerden, CEO de L & H, lors d'une conférence de presse.

Lernout & Hauspie espère néanmoins retrouver, via un plan de redressement, une rentabilité opérationnelle assez rapidement. Le groupe devrait ainsi encore enregistrer une perte opérationnelle de 25 millions de dollars (1,05 milliard de francs) en 2001, mais retrouver une situation opérationnelle positive en 2002.

Bref, la nouvelle direction espère que le cauchemar vécu cette année sera vite oublié après être passé à deux doigts de la faillite vendredi dernier.

Le management de L & H a également déclaré que toutes les activités en Corée du Sud seraient stoppées, et qu'elles seraient drastiquement réduites à Singapour.

Concernant le personnel, il apparaît que 1.144 postes seront supprimés au niveau mondial, dont 100 rien que pour la Belgique. Les licenciements belges seront répartis dans les deux sièges: 39 à Ypres et 41 à Wemmel. Vingt personnes, qui ont déjà remis leur préavis, devraient en outre quitter l'entreprise dans le courant de l'année 2001.

Cette réduction des effectifs correspond à plus de 25% de l'effectif global, à l'exclusion de Mendez (950 personnes) et de l'usine américaine de Melbourne (600 personnes). Ces deux sites seront en effet vraisemblablement vendus pour obtenir des liquidités. La décision de vendre a d'ailleurs déjà été prise pour l'usine de Melbourne.

Enfin, Roel Pieper a laissé entendre qu'il n'est peut-être pas exclu que Lernout & Hauspie change de nom dans l'avenir, tout en précisant que ce n'était pas une priorité.