En Sicile, mais aussi en Sardaigne, ou en Campanie, près de 2 000 villages sont menacés de disparition, faute d’habitants. Pour contrer cette extinction, plusieurs d'entre eux se lancent dans l'opération, maison gratuite ou à un euro contre obligation de rénover.

Un moyen de redonner vie à certains quartiers, tout en permettant à des familles de devenir propriétaires. Une nouvelle maison - et potentiellement une nouvelle vie - à acheter en Italie rurale et ensoleillée pour la modique somme d’un euro. Mais qui a osé sauter le pas ? Beaucoup de personnes ont montré leur intérêt mais ils sont encore assez peu nombreux à avoir franchi ce cap. C'est pourquoi, CNN Travel a sillonné la Sicile à la recherche des ces fameux "citoyens à 1€" comme les appellent les locaux.

Sur leur chemin, les reporters sont tombés sur un couple de Français qui vivait à Nantes et qui a décidé de tenter l'aventure à Mussomeli, une ville située au coeur de la Sicile. En un peu moins d'un an, ces artisans de profession ont presque fini de rénover leur bâtisse. "Nous avons effectué la plupart du travail nous-mêmes. C’était formidable de voir revivre notre maison de deux pièces" explique Morgane Guihot à CNN Travel. "La terrasse panoramique de 15 mètres carrés est fabuleuse et nous offre une vue splendide." Ils vont utiliser la demeure sicilienne, avec leurs deux jeunes enfants, comme maison de vacances.

"Lorsque nous avons décidé d'investir dans une résidence secondaire, nous avons été séduits par les prix avantageux de Mussomeli par rapport au marché immobilier français qui est cher", accorde Morgane Guihot qui ne cesse ensuite de vanter les mérites du paysage en Sicile. Côté administratif, la Française de 27 ans n'a également rien trouvé à redire. "Tout le monde a été très gentil et les filles travaillant à l’agence immobilière nous ont suivis à chaque étape du processus, nous aidant dans les démarches administratives et pour la traduction de l’acte. Les choses se sont mieux passées que prévu. Et même pour notre maison car nous pensions qu’elle serait dans un pire état."

Lors de son expédition en Italie, le média américain est également tombé sur un homme d'affaires belge, Patrick Janssens, qui a osé franchir le cap. Comme beaucoup, il a été séduit par la couverture médiatique autour de ces maisons bon marché et par la perspective de changer de vie.

"Je vais être honnête, nous n'avons pas acheté une maison à 1 €", dit-il. "On nous a montré quelque chose comme 25 vieux bâtiments, dont certains avaient grandement besoin d'être réparés, alors nous avons finalement opté pour un immeuble de trois pièces, d'une valeur de 10 000 €, et j'ai investi plus d'argent dans la rénovation."

Mais ce n’est pas seulement le mauvais état des bâtiments qui l’a éloigné du projet des maisons à 1 euro. "Je me suis dit que si j'achetais une belle maison de base et que je la réparais avec précision en la rendant neuve, elle durerait encore plusieurs années", explique Patrick Janssen à CNN Travel toujours.

"Mes cinq enfants, dans 20 ans, auront une maison toujours en parfait état. Si quelque chose m'arrivait, ils auraient un bon endroit où vivre et, en grandissant, ils pourront venir ici avec leurs amis."

Pour le moment, il envisage également de l'utiliser comme une maison de vacances où la famille peut passer plusieurs semaines ou plusieurs mois par an. "Mais maintenant, en y réfléchissant à deux fois et après avoir découvert la beauté de cet endroit, il pourrait bien devenir mon futur lieu de retraite."

Janssen a envisagé cet achat en tenant compte de ses projets à long terme et de nombreux facteurs, principalement la courte distance entre son domicile principal à Bruxelles et Mussomeli. "La Sicile est au coin de la rue. Avec seulement deux heures de vol, nous nous échappons de Belgique et rejoignons l'aéroport de Catane. C'est certainement un avantage considérable si vous venez d'un pays européen pour passer le week-end".

Mussomeli, comparé à Bruxelles, c'est un autre monde. "Les Belges ne se détendent pas. En Italie, la vie est plus simple, la ville est chaleureuse et la nature environnante envoûtante. C'est parfait pour se ressourcer et se désintoxiquer".

La maison de Janssen dispose d'une terrasse panoramique donnant sur les toits de tuiles du vieux quartier, les églises pittoresques et les ruelles étroites. "Ce coin de la Sicile est sauvage, intact, vert et pas encombré. C'est un point de départ idéal pour explorer le reste de l'île." L’achat s’est également déroulé sans encombre pour Patrick Janssen. La paperasse s'est avérée plus facile que prévu, malgré la mauvaise réputation de l'Italie en matière de bureaucratie et de réglementation excessive. "En fait, j'ai été assez surpris de constater que l'achat et la rénovation d'une maison sont tellement plus faciles en Sicile qu'en Belgique".