33 signatures concernent des entreprises belges et chinoises, dix les institutions officielles des deux pays

Le CEO de Cebiz Frédéric Baldan est ravi. En s’inscrivant à la mission économique en Chine, il espérait signer quatre contrats en lien avec son activité de conseils aux entreprises asiatiques souhaitant investir le marché européen. "L’objectif est rempli", se réjouit celui dont le siège social est basé à Bruxelles mais dont le champ d'action s'étend sur l'ensemble de l'Europe et de la Chine. A cela, il ajoute également quelques déclarations d’intention de la part de grands groupes chinois, tels Huawei ou Zogu International. "Nous avons pu nous rapprocher de Huawei lors de la visite la semaine dernière à Shenzhen. Nous aurions aimer signer avec eux mais ils préfèrent d’abord nous revoir. En tous les cas, Huawei nous ouvre ses portes au quatre coins de la planète. Et c’est une excellente nouvelle." 

Frédéric Baldan n’est pas le seul à concrétiser ainsi son voyage princier en Chine. Au total, 33 entreprises belges, des trois régions, ont officiellement signé "un contrat" avec des entreprises chinoises. Les institutions publiques telles que l’Agence wallonne pour les exportations (Awex), son pendant bruxellois (hub.brussels), la Région wallonne, Flandres Export, etc., ont quant à elle signé et/ou prolongé dix accords de coopération. Ceci à l'occasion d'une cérémonie très officielle organisé ce matin à Pékin en présence de la princesse Astrid.

© BELGA

Les secteurs d’activité concernés sont variés. Ainsi, UCLouvain, l'Université de Wuhan et le China Belgium Technology Center (CBTC) vont collaborer dans l’enseignement, la formation et la recherche ; le Conservatoire royal d'Anvers et la Beijing Dance Academy vont travailler ensemble au développement de nouveaux concepts dans leurs domaines de compétences tandis que l’Institut international du goût (Bruxelles), va évaluer le goût des nouveaux produits du groupe Bestore. Mais encore, des groupes aussi réputés que Poppies, Realco, Cockerill, Sapphire Pharmaceuticals ou SCK•CEN ont également signé des contrats avec des entreprises chinoises.

La Région bruxelloise tire joliment son épingle du jeu dans cette course aux contrats. Avec onze signatures au total (cinq aujourd’hui à Pekin et six à Sanghai dans quelques jours) pour 53 entreprises présentes, elle fait mieux que ses voisines wallonne et flamande. Pour la CEO de hub.brussels, la grosse présence des entreprises bruxelloises en Chine est une excellente nouvelle. "Le marché chinois est fort occupé par la Flandre et la Wallonie. Pour la première fois, Bruxelles se fait une belle place", explique Isabelle Grippa qui rappelle que hub.brussels a également signé un accord de collaboration avec son homologue pékinois. "Le pont que nous créons entre Bruxelles et Pekin a pour objectif de faciliter l’implantation des entreprises dans chacun des deux pays. Cela confirme l’intérêt de la Chine pour le village international qu’est Bruxelles. Bruxelles est tout petit au regard de Pékin mais, contrairement à Paris ou Berlin par exemple, un Chinois qui à Bruxelles pour investir se sent chez lui. Il reçoit une offre de services multilingues que l’on ne retrouve nulle part ailleurs."

© DR