Economie

"Nous devons mettre en oeuvre le programme dans les temps et de manière efficace", a dit le chef du gouvernement grec

ATHENES Le Premier ministre grec Lucas Papademos s'est dit "très satisfait" d'avoir pu obtenir la promesse d'un plan de sauvetage sans précédent pour éviter la faillite de son pays et a assuré que les réformes promises en contrepartie seraient réalisées après les prochaines élections.

"Nous sommes très satisfaits" à la fois concernant l'accord sur l'effacement de la dette publique à hauteur de 107 milliards d'euros par les banques privées créancières et sur la promesse de prêts publics à hauteur de 130 milliards d'euros jusqu'à fin 2014, a-t-il dit à la presse à l'issue d'une réunion à Bruxelles des ministres des Finances de la zone euro.

En contrepartie, la Grèce s'est engagée à mettre en place de douloureuses mesures d'économies budgétaires et à réformer son économie.

"Nous devons mettre en oeuvre le programme dans les temps et de manière efficace", a dit le chef du gouvernement grec à la presse. Le gouvernement actuel "est déterminé à le faire et je suis convaincu qu'après les élections le gouvernement sera aussi déterminé à mettre en oeuvre le programme car c'est dans l'intérêt du peuple grec", a-t-il ajouté.

Des élections législatives anticipées doivent en principe se tenir en avril. Les partenaires européens de la Grèce ont obtenu des assurances des deux principaux partis actuels, les socialistes et la Nouvelle Démocratie (droite), qu'ils tiendraient promesse y compris après les élections.

Mais certains s'inquiètent de ce qui se passera si des partis extrémistes opposés aux mesures d'austérité, de droite ou de gauche, progressent fortement lors du scrutin.

© La Dernière Heure 2012