La direction de Proximus remercie "les organisations syndicales impliquées pour leur coopération dans la mise en œuvre positive de cet accord", souligne Proximus dans un communiqué publié à l'issue du vote du plan de restructuration en commission paritaire. "Dans les jours et semaines à venir, la priorité est maintenant d'accompagner et de soutenir avec le plus grand respect l'ensemble des collaborateurs impactés", souligne encore la direction.

Le 27 novembre dernier, le conseil d'administration a décidé de démarrer la mise en œuvre du plan de restructuration. Des séances de consultation supplémentaires ont eu lieu entre les organisations syndicales représentatives et la direction.

"Ces discussions se sont déroulées dans une atmosphère constructive et un certain nombre d'éléments d'amélioration ont été apportés au plan de transformation. En outre, la clause de sécurité d'emploi a été prolongée jusqu'au 1er janvier 2022, des efforts supplémentaires ont été réalisés pour réduire davantage le nombre de collaborateurs en excès, des mesures supplémentaires ont été prises pour les professions physiquement exigeantes", explique Proximus.

Après le SLFP, la CSC-Transcom a décidé lundi de voter, en commission paritaire, en faveur du plan de restructuration chez Proximus. Ce plan prévoit le départ de quelque 1.300 travailleurs.