Des assemblées du personnel ont eu lieu cette semaine et sont toujours en cours dans les hyper et supermarchés Carrefour. Les travailleurs y sont informés des négociations entre les syndicats et la direction de l'enseigne au sujet du protocole sanitaire à appliquer dans les magasins, en raison du rebond de l'épidémie de coronavirus.

Une des mesures mises sur la table avec le secteur de la grande distribution prévoit qu'un garde soit posté à l'entrée de chaque magasin, chargé de faire respecter les règles telles que un client par caddie, les caddies désinfectés après chaque utilisation, etc.

Si les enseignes ont abondé en ce sens, cela coincerait chez Carrefour, indique le permanent CNE Manuel Gonzalez. "La direction ne veut pas froisser les clients et les gardes postés à l'entrée servent parfois à d'autres tâches, liées à la sécurité (vols) plutôt qu'au respect des mesures sanitaires. De plus, ces gardes ne reçoivent pas de consignes claires", explique le syndicaliste.

Pour Manuel Gonzalez, la situation du personnel de Carrefour devient ingérable. "Les gens sont fatigués, physiquement et mentalement, en colère et le taux d'absentéisme est élevé", dit-il. Et il prévient : "Il est clair que si l'issue des discussions avec la direction de Carrefour sur le rôle des gardes n'est pas positive, la consigne est donnée d'arrêter le travail".

Des débrayages ne sont donc pas à exclure dans les hyper et supermarchés Carrefour dès ce vendredi.