Le Conseil National de Sécurité (CNS) vient de réduire le nombre de personnes pouvant participer à un rassemblement privé à dix, ce lundi. Ce qui sonne le glas des mariages de ceux qui avaient prévu, vaille que vaille, de célébrer leur union cet été.

Les mariages, et autres grandes fêtes familiales, ont déjà été annulés depuis mars, et souvent été reportés à 2021. Le secteur des organisateurs de mariages ne reçoit aucune rentrée financière pour une année entière, selon Cynthia De Clercq, de la Fédération des Prestataires de Mariage en Belgique (HL).

"La saison des mariages va de mai à octobre", note Cynthia De Clercq, "nous n'avons donc aucune rentrée financière cette année, jusqu'à mai l'année prochaine." Les rassemblements privés de grande taille, comme les mariages, ont en effet été interdits jusqu'au premier juillet, où 50 personnes ont été autorisées. Mais dans l'incertitude du confinement et de sa durée, 90% des couples avaient décidé d'annuler ou de reporter leur fête de mariage à l'année prochaine. Les rares personnes qui avaient reporté leur mariage à août ou septembre vont aussi reporter ou annuler, estime Mme De Clercq. "Une fête de mariage à 10 c'est juste impossible". Le secteur des prestataires de mariages, qui va des propriétaires de salles de banquets aux services de catering, en passant par les fleuristes et les agences de planning, est en crise. "Nous allons droit vers la faillite", observe Cynthia De Clercq, qui ne s'attendait pas à la réduction du contact à une bulle de 5 personnes par foyer.

La Fédération des Prestataires de Mariage en Belgique s'attend à des aides du gouvernement, pour toute la "pyramide des prestataires de services qui est impactée"