En droite ligne avec la volonté de la Commission européenne de se doter d'une méthode statistique propre au sport pour l'ensemble de ses États membres, les administrations du sport des deux plus importantes communautés de Belgique ont commandé un compte satellite (CSS) afin d'évaluer son apport économique. 

L'intérêt d'un CSS est de quantifier des sujets ou des secteurs de l'économie qui ne sont pas observables dans le système des comptes nationaux. Selon ce compte, réalisé sur la base de l'année 2015 par l'Université de Sheffield Hallam et SportsEconAustria, la valeur ajoutée brute du sport en 2015 se monte à 6,641 milliards d'euros. "Si on additionne les effets directs, indirects et les effets induits par le sport au travers de la consommation des personnes travaillant dans le secteur, c'est un effet total de 9,430 milliards d'euros qui est généré soit 2,53% de l'ensemble de l'économie belge", peut-on lire dans le rapport. 

"L'effet multiplicateur du sport" est également mis en évidence. "Avec un chiffre d'affaires évalué à 17,46 milliards d'euros, 54% des dépenses effectuées liées au sport sont transformées en valeur ajoutée brute nationale." Le compte estime qu'un euro sur 39 est généré par le sport en Belgique. En termes d'emplois, le secteur fait travailler 122.240 personnes, soit 2,72% de l'ensemble des salariés belges. Par ailleurs, les salaires directs liés au sport s'élèvent à 2,832 milliards, avant impôts et cotisations sociales. Si on ajoute les effets indirects et induits, ces revenus atteignent 3,863 milliards. 

La logistique (1,909 milliard d'euros), l'éducation (1.843 milliard d'euros) et les Services de commerce de gros (668 millions d'euros) sont les trois secteurs qui bénéficient le plus de la valeur ajoutée brute du sport. Les trois secteurs où il génère le plus d'emplois directs sont l'éducation (34.919 personnes), les activités sportives directes telles que les clubs et événements (13.620 personnes) ainsi que la logistique ( 7.448 personnes). 

"L'activité physique et sportive est bien souvent associée aux bienfaits qu'elle produit en termes de santé, de bien-être et d'inclusion sociale", souligne Valérie Glatigny, ministre des Sports en Fédération Wallonie-Bruxelles. "Ce compte satellite du sport en Belgique démontre aussi qu'au-delà de ces aspects essentiels, le sport est aussi un acteur économique à part entière qui joue un rôle positif pour notre pays, par exemple en termes d'emplois." Le compte satellite du sport en Belgique constitue une première étape d'un travail en profondeur qui permettra également d'analyser et de quantifier le retour social sur l'investissement dans le sport en Fédération Wallonie-Bruxelles.