Maeva Ghennam et consorts, les valises sans poignée de l’époque

Parmi les "nouveaux métiers", il y a donc "influenceur".

Maeva Ghennam et consorts, les valises sans poignée de l’époque
©D.R.
Rien que le mot, déjà: il présume, pompeusement, que le petit peuple qui follow est "influençable". En soi, qu'un individu partage sa passion, sa garde-robe ou son quotidien (aussi peu vibrant soit-il, même à Dubaï), on n'a rien contre. Là où on tique, c'est quand on sait que des ados font partie intégrante de communautés où circulent les plus abyssales bêtises, promulguées par des individus dont le fait d'armes le plus connu se résume trop souvent à avoir massacré la langue française sur W9 ou NRJ12, scénarisé des clashs, poussé...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité