La Dernière Humeur: c’est fini les soirées disco chez Boris

Une humeur de Jean-Marc Ghéraille.

La Dernière Humeur: c’est fini les soirées disco chez Boris
©D.R.

Pendant que les coureurs du Tour de France passaient à la centrifugeuse des pavés du Nord, Boris Johnson lavait son linge sale en famille devant la Chambre des lords. Le plus chevelu des Premiers ministres britanniques ne tient pas une forme olympique. Alors qu’il pensait être passé entre les gouttes malgré les multiples scandales et/ou boulettes, son édifice gouvernemental s’effrite de toutes parts.

Lui, au contraire du capitaine du Costa Concordia, reste stoïque alors que le bateau coule.

Ses ministres démissionnent à tire-larigot en pointant du doigt un lien de confiance désormais brisé et leur incapacité à défendre une politique menée par l’excentrique père du Brexit. Le Brexit, c’est sa grande victoire. Délier les accords qui unissaient depuis 1972 l’Angleterre à une Communauté européenne dont elle ne tenait plus à payer la facture, cela reste son fait d’armes. Car, pour le reste, il a accumulé erreur sur erreur. Avec, il est vrai, une propension à enfiler les bourdes comme des perles.

Personne n'a oublié ses Covid parties au 10 Downing Street, sa résidence, pendant que tout le pays était en lockdown serré. Petits fours et verres de champagne pendant que les Anglais devaient se contenter de pizzas surgelées devant la télé, avouez que cela fait tache.

Dernière goutte qui a fait déborder le vase : la nomination de Chris Pincher désigné en février et accusé d'attouchements sur plusieurs hommes. Informations que Boris Johnson connaissait mais qu'il avait, selon ses dires, "oubliées "à l'époque. Trop is too much. Boris Johnson a beau s'accrocher, ses jours sont comptés. Il peut déjà ranger la boule à facettes.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be