La Dernière Humeur: Oseront-ils nous imposer le port du masque ?

Une dernière humeur signée Alexis Carantonis.

La Dernière Humeur: Oseront-ils nous imposer le port du masque ?
©D.R.

La nouvelle vague des contaminations Covid, poussée dans le dos par le sous-variant BA5, est là. Mais un peu de calme s’impose.

Côté sombre : entre le 25 juin et le 1er juillet, 5 518 nouvelles infections au coronavirus ont été détectées en moyenne chaque jour. C'est une hausse de 44 % par rapport à la semaine précédente. Les contaminations explosent donc bien.

Côté lumineux : en soins intensifs, il n'y a absolument rien d'inquiétant à signaler. 73 lits Covid USI sont occupés sur le territoire, ce qui est infime et démontre que la hausse des infections est, à ce stade, sans effet sur le nombre de malades mis en danger par le virus. Au total, 1 500 personnes sont hospitalisées avec le Covid, une stat qui grimpe, mais moins que les infections.

Toutefois, on entend l’antienne revenir, à l’orée d’un été que personne ne souhaite voir gâché par la pandémie. Conditions de voyage durcies, retour des gestes barrière, de l’agenda vaccinal et… de la sempiternelle question du port du masque. Au parlement bruxellois, les devants ont été pris : l’enceinte est repassée en code orange, avec retour du masque. Annonciateur d’un mouvement qui va s’étendre à toute la société ? Si la situation (et le bon sens) pourrait justifier d’à nouveau imposer le port du masque dans les espaces clos communs (à commencer par les transports), obliger son port au resto, au bureau, en festival ou dans les camps est une tout autre paire de manches… Pas dit que nos élus, après deux ans et demi d’une pandémie qu’on pensait derrière nous, oseront la prendre si elle s’avère nécessaire. Ce qui, rappelons-le, ne sera jamais le cas en plein air !

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be