La Dernière Humeur : les Belges n’ont pas la "Flame"

La dernière humeur est signée Mathieu Ladeveze.

La Dernière Humeur : les Belges n’ont pas la "Flame"
©BELGA

Hier, l'équipe nationale féminine de football entamait son Euro face à l'Islande. Ce 14 juillet, elle affrontera la France - l'une des meilleures équipes de football féminin du monde. Chez les hommes, un Belgique - France en football aurait déchaîné les passions, qui plus est dans le cadre d'une compétition internationale telle que l'Euro. Chez les filles, ce match se jouera dans la quasi-indifférence générale, à moins d'un exploit hautement improbable de nos Red Flames contre des Françaises ultra favorites. Ce manque d'engouement populaire pour les Red Flames contraste très nettement avec l'effervescence systématique constatée lors des petits et grands matchs de nos Diables rouges. Il s'analyse à plusieurs niveaux. D'abord, les faibles performances des Red Flames n'incitent pas à l'hystérie collective. Vingtièmes d'un classement mondial dominé par les États-Unis, la Suède et la France, l'équipe belge de football féminin ne souffre aucune concurrence avec le top mondial. Ensuite, l'équipe est composée à 99 % de joueuses du nord du pays. Une seule Wallonne, originaire de Marche-en-Famenne : la 3e gardienne Lisa Lichtfus. Et une Bruxelloise : Charlotte Tison, néanmoins licenciée, inscrite au FC Beigem, à Grimbergen.

Pas évident de lever les foules wallonnes et bruxelloises avec aussi peu d'identité francophone. Enfin, les Red Flames sont peu soutenues par les garçons. Dernière et rare initiative en date : face à la Pologne, les garçons ont joué avec la nouvelle vareuse des filles, qui disposent pour la première fois de leur propre équipement… Le football féminin connaît pourtant un réel engouement dans le monde. À la Belgique de rattraper le train.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be