L’Edito: regarder le pays s’écrouler ou recycler le "Quoi qu’il en coûte"

Un édito d'Alexis Carantonis.

L’Edito: regarder le pays s’écrouler ou recycler le "Quoi qu’il en coûte"
©D.R./Belga
Nous parlons au nom des commerçants, indépendants, artisans, coiffeurs, garagistes, boulangers, bouchers de l'Horeca dont un nombre conséquent risque de ne pas passer l'hiver. ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité