Il y a eu un avant et un après 11 septembre 2001.

Il y aura un avant et un après 7 janvier 2015.

Indignation, écœurement, barbarie, voilà les premiers mots qui nous viennent directement à l’esprit après cet attentat sans précédent dans une rédaction en plein Paris. Le plus meurtrier en France depuis des dizaines d’années.

Notre premier principe de base a été bafoué, la liberté d’expression et les journalistes de La Dernière Heure - Les Sports , de DH. be et de DH Radio tiennent à condamner fermement cet acte odieux. Nous soutenons plus que jamais l’ensemble de la rédaction de Charlie Hebdo et les familles des victimes.

On peut, bien sûr, ne pas être d’accord avec les idées du magazine satirique, ne pas partager certaines de ses sorties, mais il ne faut pas confondre humour et engagement. C’est un signal sanglant et infâme qui nous fait cruellement prendre conscience, une fois de plus, de la montée actuelle du climat de haine qui règne en Europe occidentale et qui porte profondément atteinte aux fondements de notre démocratie.

C’est un jour noir pour nous tous, mais il ne faut certainement pas baisser les bras maintenant. Ce serait faire le lit de ces fanatiques extrémistes. Restons solidaires, montrons-leur que nous sommes encore debout. Et pour toujours.

Il est important aussi, dans la colère, de ne pas faire d’amalgame entre nous, amis, voisins, confrères et de garder un climat positif et constructif entre nos différentes communautés.

Même si, aujourd’hui, notre profession a un genou à terre, nous gardons la tête haute et restons sereins pour accomplir notre passion avec encore plus d’envie et de conviction : vous informer !

Les assassins ont proclamé que Charlie Hebdo est mort. Ils ont tort. Il n’a jamais été aussi vivant.

Je suis Charlie.

Nous sommes tous Charlie.

(La Une de la DH ce jeudi 8 janvier)