Il s’appelait Jean-Jacques Grand-Jouan et s’était fait connaître à la fin des années 70 en dirigeant des acteurs comme Philippe Noiret ou Richard Bohringer.

Comme dans les films d’évasion, Jean-Jacques Grand-Jouan avait noué des draps bout à bout et s’était laissé descendre le long de la façade. Mais on ne s’improvise pas fugitif à 71 ans. Mal attachés, les draps ont cédé et, même si la fenêtre n’était située qu’au premier étage, le malheureux est tombé la tête la première et n’a pas survécu.

Ce drame illustre la détresse d’innombrables pensionnaires de résidences pour personnes âgées, que le Covid a empêchés de sortir pendant des mois.

Quelques-uns ont tenté de prendre le large, à l’image de Jean-Jacques Grand-Jouan, sans connaître le même sort tragique. Mais la majorité ont très mal vécu la privation de liberté de mouvement et l’interdiction de recevoir des visites. Beaucoup en sont morts de chagrin.

La campagne de vaccination qui a débuté aujourd'hui leur apporte enfin une lueur d’espoir. C’est précisément parce qu’ils ont atteint un grand âge et que le temps qui reste leur est compté qu’il est juste qu’ils soient les premiers à être immunisés contre l’épidémie.

Bientôt, ils pourront revoir leurs proches, même s’ils demeurent lucides sur l’avenir, à l’exemple de sœur Lucie Danjou, âgée de 101 ans, la première Bruxelloise à avoir été vaccinée aujourd'hui.

Interrogée pour savoir si elle avait hâte de reprendre la vie d’avant, elle répondait devant les caméras de RTL : "Après cela, la vie ne sera plus jamais comme avant."