Le pervers de Cuesmes écope en plus de 15 ans de mise à disposition

CUESMES Ambiance d'assises, hier matin, lors du jugement en correctionnelle de Jean-Pierre Dupont et Myriam Balzanetti. Tout rappelait un procès criminel : la salle d'audience, les trois juges, la gravité des faits abordés, le banc des parties civiles aux allures de jury populaire... et surtout la lourdeur des peines. Reconnu coupable de 18 des 19 préventions de viols, attentats à la pudeur et outrages aux bonnes moeurs sur mineurs de moins de seize ans, multirécidiviste, l'ancien cheminot ne pouvait écoper que du maximum. Vingt ans, sans possibilité de libération avant les deux tiers de la peine. Le tout assorti de 15 ans de mise à disposition du gouvernement. Soit cinq ans de plus que Marc Dutroux !

L'ancien cheminot, âgé de 46 ans, ne quittera sans doute la prison qu'octogénaire. Son conseil, Me de Strycker, ne compte pas faire appel. "Que je sois mort avant qu'il ne sorte...", lance le papa d'une victime. Dans ses attendus, la présidente a tenu compte notamment du climat de violence instauré par Dupont, de son absence de regrets, du plaisir qu'il semblait prendre aux aveux, de ses trois condamnations antérieures, du rapport d'expertise le décrivant comme une "personnalité perverse à tendance pédophile" à haut risque de récidive...

Entre fin 2002 et septembre 2004, il a déployé toutes les ruses pour attirer les enfants des voisins dans ses filets. Déjà réparateur de vélo et organisateur de randonnées, il s'est aussi improvisé coiffeur pour pouvoir doucher ensuite un gamin. Pendant ce temps, sa compagne trouvait toujours une course à faire pour le laisser seul avec la petite victime.

Poursuivie également pour attentat à la pudeur (sur son fils aujourd'hui décédé...), Myriam Balzanetti prend huit ans ferme. Le tribunal n'a toutefois pas retenu les cinq ans de mise à disposition requis par le procureur. Ambiance d'assises donc, si ce n'est que Dupont aurait été obligé de comparaître devant la cour. Ici, en correctionnelle, sa comparse était à nouveau seule sur le banc des prévenus. Les parents semblaient en majorité satisfaits du jugement.



© La Dernière Heure 2006