Drame de Pécrot: inexpérience et manque de formation à l'origine du drame?

Drame de Pécrot: inexpérience et manque de formation à l'origine du drame?
©Didier Bauweraerts

Le conducteur du train avait déjà brûlé un feu en janvier

BRUXELLES Le conducteur du train qui a vraissemblablement causé l'accident à Pécrot mardi ne roulait seul que depuis le début de l'année. Le conducteur louvaniste âgé de 31 ans avait commencé sa formation en décembre 1999. En janvier déjà, il avait brûlé un feu rouge sur une voie ce qui lui a valu alors un mois de suspension, a-t-on appris auprès de la SNCB.
Plusieurs représentants flamands du SIC (Syndicat indépendant des cheminots) et du SLFP (Syndicat libéral de la Fonction publique) ont mis l'accident sur le compte de l'inexpérience et le manque de formation. Du côté de la SNCB, on assurait mardi qu'un conducteur ne peut emprunter qu'une ligne qu'il a étudiée. Ces informations ont été confirmées par la CGSP.
Selon un syndicaliste de la SLFP qui a préféré rester anonyme, la formation pratique laisse à désirer, elle est raccourcie parce qu'il n'y a plus assez de personnel. De plus, la formation continue qui durait 4 ou 5 ans a été purement et simplement supprimée, a-t-il ajouté.
Mardi soir, les travaux de dégagement de la voiture à cheval sur une motrice étaient en cours. Ils se déroulent à l'aide de deux grues.
Le service technique de la SNCB va travailler toute la nuit. Par mesure de sécurité, les habitants de la rue Jules Hoslet qui longe la voie ont été priés de quitter leur domicile.

Jo Bouffioux, machiniste tué

PÉCROT 'Jo n’avait de problèmes avec personne. C’était vraiment le très brave homme qui s’entendait avec tout le monde. Nous l’appelions Jo car ici, au dépôt d’Ottignies, c’est comme une grande famille, on se connaît tous et l’on s’entend bien.'
Joseph Bouffioux conduisait le train qui arrivait de Louvain, celui qui ne pouvait rien pour éviter l’autre qui arrivait de Wavre. Sinon freiner, ce que Jo a sûrement dû faire mais cet ultime réflexe n’a servi à rien…
Jo aurait eu 48 ans le 1er vril. Il n’habitait pas loin de Jodoigne. Il était ponctuel, 'toujours là avant l’heure' 'On s’était encore croisé lundi. Vous savez, quand on se parlait, c’était de la famille. Il se plaisait bien chez lui. Il donnait des nouvelles de son épouse, Diane. Il parlait de ses enfants. C’était une année un peu spéciale pour lui. Son fils aîné, Nicolas, allait avoir ou venait d’avoir vingt ans. Sa fille était plus jeune. Pauline, je crois…'
Année spéciale car Joseph devait fêter ses vingt-cinq ans de mariage. 'Hier, on avait parlé des congés. Vous savez, aux chemins de fer, avec les récupérations à prendre, c’est jamais facile de prévoir ses congés. Ça le mettait en rogne, le Jo. Mais malgré tout, il adorait son boulot. C’était un très bon machiniste. Il n’aurait donné sa place pour rien au monde…'

Gil.


Toutes les victimes évacuées

PECROT "Il n'y a plus aucune victime dans les carcasses des trains", a indiqué mercredi matin Florent Loumaye, directeur du district sud-est de la SNCB, à l'agence BELGA. Le bilan provisoire reste donc fixé à huit morts.
Un jeune homme lutte toutefois toujours contre la mort à l'hôpital Gasthuisberg de Louvain. On sait par ailleurs que sept personnes ont été retrouvées mortes sur les lieux du drame et qu'une huitième est décédée lors de son transfert à l'hôpital.
La cellule du DVI (Disaster Victims Identification) de la police fédérale est encore intervenue mercredi matin. Les chiens pisteurs ont notamment découvert des restes humains des victimes décédées mardi matin, qui se trouvaient encore sur les lieux, au milieu des débris.
En outre, les deux boîtes noires ont été retrouvées. Celle du train voyageur, qui comptait 24 passagers, a indiqué que le convoi circulait à une vitesse de 83 km/h. La boîte noire de l'autre train, qui circulait à vide, est actuellement à l'examen au parquet de Nivelles.
Les motrices et wagons des deux trains ont été transférés dans un atelier de la SNCB à Malines. Là, ils seront examinés par des experts du parquet de Nivelles, accompagnés de spécialistes.
La ligne ferroviaire Ottignies-Louvain devrait être complètement rétablie jeudi matin, vers 08h00.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be