Alain Van der Biest retourne en prison!

Michel Soiron
Alain Van der Biest retourne en prison!
©Belga

La chambre du conseil a décidé d'exécuter la prise de corps pour tous les inculpés

LIÈGE Coup de théâtre ce lundi en début d'après-midi, à Liège. La chambre du conseil de Liège a rendu une ordonnance de renvoi pour les neuf inculpés du dossier assassinat d'André Cools. Ce n'était pas vraiment une surprise. En revanche, la prise de corps a également été décidée, ce qui est une première à ce stade de la procédure. Alain Van der Biest et les autres inculpés ont donc été envoyés en prison hier après-midi.

`Une erreur judiciaire´

Si la demande de prise de corps est toujours faite par le parquet dans son réquisitoire devant la chambre du conseil, elle n'est en revanche jamais appliquée, à ce stade de la procédure. En effet, après la chambre du conseil, la chambre des mises en accusation doit encore statuer sur le renvoi ou non devant la cour d'assises. En cas de renvoi, la prise de corps est alors seulement appliquée, juste avant que débute le procès.
Il était 13 h environ, hier, lorsque nous avons rencontré Alain Van der Biest, qui a réagi à l'ordonnance de renvoi de la chambre du conseil: `J'estime que c'est injuste sur le fond. De plus, le parquet avait demandé la poursuite de l'instruction, ce que je trouvais normal, et cela a été refusé. De toute manière, en ce qui me concerne, je maintiens ce que j'ai déjà répété, à savoir que je suis innocent. En septembre 96, déjà, à la suite de l'arrestation de plusieurs Italiens, j'ai été accusé exclusivement par Richard Taxquet, qui arrivait avec ses déclarations comme une sorte de divine surprise. Et à l'époque, via un témoin, j'ai entendu Mme Ancia dire qu'il fallait qu'une tête tombe. Il s'agit ici d'une erreur judiciaire dont le parquet ne veut pas endosser la responsabilité. Il a donc décidé de renvoyer cette responsabilité à un jury populaire.´
Malgré cela, Alain Van der Biest ne perd pas espoir: `Il s'agit ici de la chambre du conseil. La procédure n'est pas terminée. Bien entendu, il est difficile d'avoir encore confiance mais je n'oublie tout de même pas que par deux fois, la chambre des mises a rendu un arrêt différent de celui de la chambre du conseil: dans le dossier de la gestion de mon cabinet d'abord, puis dans celui de ma libération, prononcée par le chambre des mises le 2 janvier 1997.´ Deux heures plus tard, on venait chercher Alain Van der Biest chez lui, pour le conduire à Lantin.


Ex-ministre emprisonné pour la troisième fois

LANTIN Il va y avoir dix ans maintenant qu'Alain Van der Biest est pris dans la tourmente judiciaire. C'est en 1992 en effet qu'à la suite des déclarations du truand repenti Carlo Todarello, il était inculpé dans le cadre du dossier des titres volés, par le juge d'instruction Jean-Marc Connerotte, à Neufchâteau. Cette piste semblait à l'époque pouvoir mener aux assassins d'André Cools. Alain Van der Biest est placé sous mandat d'arrêt et incarcéré. Il sera ensuite libéré, tandis que la guerre des juges s'achevait par le renvoi du dossier à Liège.
Mais en septembre 1996, le volet assassinat du dossier Cools rebondit, avec les déclarations de Todarello, de Castellino et d'un témoin anonyme. Alain Van der Biest est à nouveau placé sous mandat d'arrêt, à Liège cette fois, et incarcéré le 8 septembre 1996, avec une inculpation d'assassinat dans le dossier Cools. Il est notamment chargé par son ancien secrétaire Richard Taxquet. Son avocat plaidera sa libération, que la chambre du conseil refusera. Ce sera finalement la chambre des mises en accusation qui rendra un arrêt le libérant, le 2 janvier 1997. Le soir même, il quitte la prison de Lantin. Il y était logé au huitième étage, celui des personnalités. Il s'y est notamment occupé de la bibliothèque et s'y était fait quelques amis, expliquait-il à l'époque.
Hier après-midi, devant son épouse effondrée, l'ancien ministre a suivi pour la troisième fois la police, qui l'emmenait à Lantin. La voiture cellulaire qui l'amenait a passé la lourde porte, qui s'est refermée ensuite. On entendait quelques détenus crier son nom dans la prison, puis plus rien.

M.S.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be