Victime encerclée et battue

E. Pr.


Tel un oiseau pour le chat, Naima n'a rien pu faire face à ses agresseurs


BRUXELLES Naima n'a rien pu faire pour dissuader ses agresseurs, bien déterminés à s'amuser quelques instants avec elle.

Naima, 30 ans, se trouvait place Emile Bockstael, à Bruxelles, lorsqu'elle a été subitement entourée par une bande de six à huit jeunes.

Formant un cercle autour d'elle, les jeunes se sont amusés à la pousser d'un côté à l'autre. Alors que l'un lui arrachait sa chaîne en or, un second lui mettait la main aux fesses, un troisième tentait de l'embrasser, un quatrième lui flanquait une bonne claque. Un cinquième qui lui tirait les cheveux a fini par la jeter à terre...

Là, ce fut le sommet de la jubilation pour ces jeunes qui se sont beaucoup amusés en la voyant tenter de se remettre sur ses jambes. A chaque fois, que Naima essayait de prendre la fuite, elle était frappée. En fin de compte, elle a réussi à s'enfuir. Arrivée chez elle, la malheureuse avisa un voisin.

Courageux, ce dernier décida de venir flanquer une bonne leçon au groupe. Les choses ne se sont pas vraiment passées comme il l'avait prévu puisque lui aussi fut roué de coups.

Les agresseurs n'ont pas été arrêtés directement par la police de Bruxelles-Capitale Ixelles. Il a fallu le temps. Mais qu'importe, le résultat est là: près d'un mois après les faits, les policiers ont réussi à coincer trois des agresseurs.

Ismael, 19 ans, Anas, 20 ans et Ahmed, 19 ans, ont été placés sous mandat. Ils nient les faits. Ils ont d'ailleurs un argument de choc. C'est forcement pas eux qui ont commis ces actes. Les caméras de surveillance, qui se trouvent sur la place, les auraient filmés! Une excuse qui vaut ce qu'elle vaut puisque dans le quartier, on sait bien que les caméras sont régulièrement désactivées par les bandes de jeunes désireux de garder l'anonymat lors de leurs méfaits.

© La Dernière Heure 2003

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be