Nihoul doit s'expliquer à Arlon

Nihoul doit s'expliquer à Arlon
©EPA

Ce mercredi matin débutait le volet Michel Nihoul du procès

ARLON "On a quitté le monde polycriminel de Charleroi. On parle maintenant d'un monde semi-commercial, un monde de bars, de bordels, de clubs échangistes; un monde dirigé par l'argent et par les trompeurs», a commenté Me Quirynen lors de l'audience de la cour d'assises d'Arlon mercredi matin.

La cour a en effet ouvert le volet consacré à Michel Nihoul. Les témoins entendus mercredi matin ont expliqué qu'ils avaient rencontré l'accusé le 9 août 1996 dans la région bruxelloise. Lors d'une réunion pour la reprise d'une brasserie tout d'abord, au coin d'une rue ensuite, et à un barbecue en soirée enfin.

Marleen De Cokere, la compagne de Michel Nihoul, handicapée par une maladie grave, n'a pas pu se déplacer devant la cour d'assises. La cour a par contre entendu Michel Vander Elst, l'ancien avocat de Michel Nihoul, qui avait expliqué lors de l'enquête qu'ils avaient rénové ensemble un appartement à Schaerbeek dans la semaine du 5 au 9 août. «C'était un échange de coup de main. Je l'aidais en matière juridique, il m'aidait pour rénover un appartement », a-t-il expliqué, faisant dire à Me Fermon, avocat de Laetitia Delhez, que ces deux hommes «se doivent des services ».

Michel Vander Elst, qui a décrit Michel Nihoul comme un «très bon public relations, qui fait rire tout le monde avec son physique à la Benny Hill » a précisé qu'il avait été «scié » en apprenant son arrestation dans le cadre du dossier Dutroux. Il a cependant expliqué qu'il était un mauvais gestionnaire. «Il a une notion des comptes assez élastique et franchement, je ne lui aurais pas confié mes économies », a-t-il souligné.

A l'audience, l'avocat, déchu à la suite d'une condamnation à 8 ans pour complicité dans l'enlèvement du ministre d'Etat Paul Vanden Boeynants, a expliqué qu'il n'était plus certain d'avoir passé la journée du 8 août avec Michel Nihoul. «C'était peut-être le 6 ou le 7 », a-t-il remarqué. Si personne ne conteste que Michel Nihoul se trouvait bien à Bruxelles le 9 août, jour de l'enlèvement de Laetitia Delhez, aucun témoin ne lui a fourni d'alibi pour le 8 août. Plusieurs témoins, dont certains seront entendus mercredi après-midi par la cour, ont cependant déclaré l'avoir vu dans la région de Bertrix.

«Dans les 450.000 pages du dossier, rien ne permet de dire ce qu'a fait Michel Nihoul le mercredi 7 août, le jeudi 8 août et le vendredi 9 août en matinée », a expliqué Me Beauthier, le conseil de Sabine. Pour Me Clement de Clety, l'avocat de Michel Nihoul, la journée du 8 août est «sans intérêt ».

«Les repérages ont été faits, par Marc Dutroux et Michel Lelièvre, le mardi 6 au soir et se sont poursuivis le 7. Et le 8, je peux dire que M. Vander Elst avait la mémoire juste quand il a affirmé qu'il était venu chercher mon client vers 14H00 pour le ramener vers 18H45 », a-t-il précisé.

D'autre part, mercredi matin, le président a ordonné l'audition d'une dizaine de nouveaux témoins demandés par les défenses de Michelle Martin et de Marc Dutroux. Ils seront entendus les 3 et 4 mai.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...