Menace terroriste: mesures dans les transports en commun

Menace terroriste: mesures dans les transports en commun
©BELGA

Il a été demandé à la STIB de lancer le plan Vigilance sur la moitié de ses stations au lieu de 4 ou 5 lors des sommets européens


BRUXELLES Dans l'évaluation rendue par l'Organe pour la Coordination de l'Analyse de la Menace (OCAM) dans le cadre des menaces terroristes qui planent en Belgique suite au projet d'évasion de Nizar Trabelsi, il est demandé aux services de police de Bruxelles une surveillance accrue pour les stations de métro, la liaison ferroviaire Nord-Sud, les marchés de Noël, les magasins, les rues commerçantes, la Grand Place et l'aéroport, a fait savoir vendredi le centre de crise du SPF Intérieur.

La STIB a été informée des menaces terroristes vendredi matin par le centre de crise du SPF Intérieur. Il a été demandé à la STIB d'activer jusqu'au 2 janvier le plan de vigilance appliqué notamment à l'occasion des sommets européens à Bruxelles.

Si lors de ces sommets européens, seules quatre ou cinq stations sont concernées par ce plan, celui-ci s'étend cette fois à 35 des 70 stations de métro de la STIB, a indiqué vendredi Jean-Pierre Alvin. La STIB n'a pas été informée du type de menace qui planerait. "Régulièrement, notamment à l'occasion des sommets européens, on rappelle à notre personnel les consignes de sécurité et d'être vigilant vis-à-vis des colis ou des comportements suspects", a rappelé le porte-parole de la STIB.

Le service de sécurité de la société de transport bruxelloise ne sera cependant pas renforcé durant la fin de l'année, contrairement aux équipes policières. La STIB enregistre en fin d'année une augmentation du nombre de navetteurs allant entre 20 et 50 pc. "D'expérience, nous ne craignons pas de retombées. Lors de l'activation de mesures de sécurité, nous n'enregistrons pas de baisse de fréquentation", a conclu M. Alvin.

A la SNCB, on indique que le service de sécurité des chemins de fer belges, qui compte quelque 400 agents et qui est distinct de la brigade des chemins de fer de la police fédérale, participe au comité de concertation mis en place par le centre de crise du SPF Intérieur. Sans donner d'informations au sujet des mesures mises en place, le porte-parole de la SNCB a rappelé que pour 2010 quelque 2500 caméras de surveillance équiperont les 50 gares les plus fréquentées du pays, soit 1500 de plus qu'en 2006.

Infrabel, qui n'est pas associé à cette concertation, rappelle que tous les Eurostar qui arrivent à la Gare du Midi sont préalablement et entièrement inspectés et que les voyageurs sont contrôlés.

Brussels Airport n'a pas souhaité livrer d'informations au sujet de la sécurité de l'aéroport. Son porte-parole a juste précisé qu'il ne voyait pas pourquoi l'annonce de menaces aurait une conséquence sur la fréquentation des voyageurs. Il rappelle que la vigilance est de mise tous les jours de l'année.

Le porte-parole du bourgmestre de Bruxelles Freddy Thielemans a indiqué que le bourgmestre avait été informé du risque d'attentats dès le début des menaces, sans préciser depuis quand elles planent. "Toutes les mesures demandées par le ministre de l'Intérieur et la police visant à minimiser le plus possible les risques seront mises en oeuvre", a-t-il déclaré.

La Ville de Bruxelles n'a pas souhaité commenter les éventuelles répercussions de l'annonce des menaces sur la fréquentation de marchés de Noël ou des Plaisirs d'Hiver. "Nous demandons aux gens de ne pas céder à la panique", s'est limité à déclarer le porte-parole du bourgmestre.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be